Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'roma'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Forum
    • English Speaking Forum
    • Deutschsprachige Community
    • Polska Społeczność
    • Česká a slovenská komunita
    • Communauté francophone
    • Comunidad de habla española
    • Türkçe Topluluk
    • Comunità Italiana
  • Mod Section
    • Rules, Announcements and General Discussion (English)
    • Modding Tutorials, Guides and Tools (English)
    • Interface Mods
    • Visual Mods
    • Sound Mods
    • Modpacks
    • Other Mods and Programs
    • Archive
  • Historical Section

Calendars

  • Community Calendar
  • This Day in History

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Twitter


Location


Interests

Found 17 results

  1. ORP_Macierewicz

    Roma

    Temat poświęcony pancernikowi Roma (typ Vittorio Veneto).
  2. Kandly

    New Ships!

    Captains, Something new is cooking in the development kitchen - let's have a look! Exhibit A What? Another Italian! Yes, another Italian ship is here! Sporting the flashy air recognition stripes, she is ready to sail! Exhibit B We already have King George V in-game - now let¨s add her famous sister. They share the fame of engaging German battleships in battle! Action Stations!
  3. Updated: 2018-05-28 Hi! So a while ago I downloaded and edited Secession's Imperator Nikolai I's custom white-and-gold skin, turning it into a black-and-gold and a black-white-and-gold skin. After that, I started editing skins of my own, making a whole bunch of them. So here's my custom skin collection... Previews: Files: Russian Empire/Union of Soviet Socialist Republics: Okhotnik - Imperial Russian Navy: http://www.mediafire.com/file/f0ek6t4k9tatiw0/Okhotnik_-_Imperial_Russian_Navy.rar Aurora - Imperial Russian Navy: http://www.mediafire.com/file/6u00slid55lksiu/Aurora_-_Imperial_Russian_Navy.rar Svietlana - Imperial Russian Navy: http://www.mediafire.com/file/g50y1668z1tvoyn/Svietlana_-_Imperial_Russian_Navy.rar Imperator Nikolai I - Black and gold: http://www.mediafire.com/file/w3dl6q1rt9d2h9d/Nikolai_sec_mod_v1.12_(black-and-gold_edit).rar Imperator Nikolai I - White, black and gold: http://www.mediafire.com/file/3b68vu18y3d3v76/Nikolai_sec_mod_v1.12_(Black-white-and-gold_edit).rar Oktyabrskaya Revolutsiya - Imperator Nikolai II: http://www.mediafire.com/file/5bint1wgme722ai/Oktyabrskaya_Revolutsiya_-_Imperator_Nikolai_II.rar Germany: Dresden - White and orange camo for B hull: http://www.mediafire.com/file/ulg8mh0nkfk7g4s/Dresden_-_White_and_orange_camo_for_B_hull.rar Nassau - German grandfather: http://www.mediafire.com/file/8pw6pnowjd60tbt/nassau_skin_(white_%26_orange).rar König Albert - Very slightly improved prema-camo: http://www.mediafire.com/file/z9bw4x2la1f92id/König_Albert_-_Very_slightly_improved_prema-camo.rar Bayern - Non-Buddhist post-Axis defeat compliant cross: http://www.mediafire.com/file/ah959o3c2m9h7et/Bayern_(yellow_turrets%2C_light_grey_hull%2C_not-a-swastika).rar Gneisenau - Dance Dance Revolution: http://www.mediafire.com/file/435fl7c76f1jdbd/Gneisenau_-_Dance_Dance_Revolution.rar Bismarck - Embrace the bias: http://www.mediafire.com/file/sdx6mavuh0462u0/Bismarck_-_Dance_Dance_Revolution.rar SMS Admiral Tirpitz: http://www.mediafire.com/file/797tb7xrwdfbsvn/SMS_Admiral_Tirpitz.rar Friedrich der Große - Post WWII-compliant skin: http://www.mediafire.com/file/td5m4q2svlm4cl2/Friedrich_der_Große_-_Anti-buddhist_propaganda.rar France: Jurien de la Gravière - possibly historical skin: http://www.mediafire.com/file/c9d833t89fp5lq9/Jurien_de_la_Gravière_-_possibly_historical_skin.rar Algerie - Fleur d'Acier(ish): http://www.mediafire.com/file/d56oqvqbjs73kj3/Algerie_-_Fleur_d'Acier(ish).rar Turenne - As historical as this ship gets: http://www.mediafire.com/file/3e76bl5a0zxzd59/Turenne_-_As_historical_as_this_ship_gets.rar Courbet - Historical(ish) skin: http://www.mediafire.com/file/c30g4oceodw3d4b/Courbet_-_Historical(ish)_skin.rar Bretagne - Historical(ish) skin: http://www.mediafire.com/file/fotlr8lgtxsxwrz/Bretagne_-_Historical(ish)_skin.rar Dunkerque - FTFY Fleur d'Acier: http://www.mediafire.com/file/km0vevl1zm9nqfo/Dunkerque_-_Fleur_d'Acier_cammo_(no_french_colours_on_the_sides%3B_wooden_deck).rar Dunkerque - Fleur de lis: http://www.mediafire.com/file/bbms1u913qs9oj7/Dunkerque_-_Fleur_de_lis.rar Lyon - SS Normandie knockoff TOTALLY ORIGINAL DESIGN: http://www.mediafire.com/file/ado9wnnrgei6rgb/Lyon_-_SS_Normandie_knockoff.rar Richelieu & Gascoigne - High contrast République camo: http://www.mediafire.com/file/zz7zce8j33qqktb/Richelieu_%26_Gascoigne_-_High_contrast_République_camo.rar Richelieu - Fleur de lis: http://www.mediafire.com/file/nrdzh56gv262vrp/Richelieu_-_Fleur_de_lis.rar Super french BB skin super pack: http://www.mediafire.com/file/4kv7vao84e29l3c/Super_french_BB_skin_super_pac.rar/file - Includes Richelieu (A hull included) Gascogne Alsace France République Italy: Duca d'Aosta - - - - - Something something white skin: http://www.mediafire.com/file/ffra5w20e9sgwcs/Duca_d'Aosta_-_Something_something_white_skin.rar Duca degli Abruzzi - Something something white skin: http://www.mediafire.com/file/pa1642x23g6ajjd/Duca_degli_Abruzzi_-_Something_something_white_skin.rar Giulio Cesare - - - - - Something something white skin: http://www.mediafire.com/file/1d3tpdav2mfer9a/Giulio_Cesare_-_Something_something_white_skin.rar Roma - - - - - - - - - - - Something something white skin: http://www.mediafire.com/file/yua7dzmppesavtd/Roma_-_Something_something_white_skin.rar United Kingdom: Iron Duke - Dazzling new look: http://www.mediafire.com/file/7i01e113ws1a1ne/HMS_Iron_Duke_-_Dazzling_new_look.rar Warspite - Fascist dazzle: http://www.mediafire.com/file/trg6m2yte00b573/HMS_Warspite_-_Fascist_dazzle.rar Hood - Fleur d'Acier knockoff Rule Britania: http://www.mediafire.com/file/1ihwkg7j3d5afj2/HMS_Hood_-_Rule_Britannia.rar Japan: Kawachi - Because this ship deserves some love (and a f**kton of buffs): http://www.mediafire.com/file/dvn93n2ajjorexc/Kawachi_-_White_hull.rar Myogi - The Mikasa style menace: http://www.mediafire.com/file/a840nx24oa8vack/Myogi_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Ishizuchi - Mikasa style christmas special: http://www.mediafire.com/file/8v347yz3v3a000s/Ishizuchi_(Mikasa-style__white_and_black_skin)_-_copia.rar Kongo - Attack of the Mikasa style: http://www.mediafire.com/file/al13hbqgw2h3hnq/Kongo_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Fuso - Revenge of the Mikasa style: http://www.mediafire.com/file/hx56b766a6uqbt2/Fuso_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Mutsu - And now for something completely different: http://www.mediafire.com/file/7jd1na1klc75vds/Mutsu_-_Something_something_white_skin.rar Ashitaka - Premium One: A Mikasa style story: http://www.mediafire.com/file/iit9qc1pkbda03x/Ashitaka_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Nagato - A new Mikasa style: http://www.mediafire.com/file/2gv30j1cbrmusii/Nagato_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Amagi - Mikasa style strikes back: http://www.mediafire.com/file/muj35cidui3589d/Amagi_(Mikasa-style__white_and_black_skin).rar Kii - Return of the Mikasa style: http://www.mediafire.com/file/va48mebuxs03vsa/Kii_(Mikasa-style__white_and_black_skin%2C_plus_darker_Kobayashi_skin).rar Musashi - Empire of the Rising Sun (RA3): http://www.mediafire.com/file/02cslm300dmhy2p/Musashi_-_Empire_of_the_Rising_Sun_(RA3)_-_copia.rar Yamato - Empire of the Rising Sun (RA3): http://www.mediafire.com/file/1cajqqq5im5tus2/Yamato_-_Empire_of_the_Rising_Sun_(RA3).rar HSF Musashi & Yamato - As seen on TV: http://www.mediafire.com/file/pabeeyawp9ca4dl/HSF_Musashi_%26_Yamato_-_As_seen_on_TV.rar Russian Federation (North American Subject Republic): St. Louis - Great White Fleet skin for B hull: http://www.mediafire.com/file/0q47rtpovu1s1jy/St._Louis_-_Great_White_Fleet.rar South Carolina - Great White Fleet: http://www.mediafire.com/file/jic9w0apkl0vp76/South_Carolina_-_Great_White_Fleet.rar Arizona - Historical camo from USS Oklahoma: http://www.mediafire.com/file/qllmflx38qrdrdq/Arizona_-_Historical_camo_from_USS_Oklahoma.rar Missouri - Make America Great Again (AKA the Trump Wagon): http://www.mediafire.com/file/yiu3uh12sluetax/Missouri_-_Make_America_Great_Again.rar Notes: Also, a quick guide to removing permanent cammos: First, you need to put this file into the \Games\World_of_Warships\res_mods\0.7.0.2 folder: http://www.mediafire.com/file/356nv1mjpp9mmdq/camouflages.xml Then you open it as a text file and open the search tool (Ctrl+B). You search for a key word matching the ship's cammo you want to edit (hint: look at the name of the skin files; some ships have names completely different from their in-game names) Here I'll look for the Aurora, which for some reason they put under the name "avrora" with a "V". You keep hitting next until you find something like this: If the ship has more than one permanent cammo, like the Tirpitz, you'll find them one after the other: Below that you'll find four lines reading "<color0>" thru "<color4>" with a string of numbers. You only need to change those four lines of numbers from whatever values they have to "0.000 0.000 0.000 0.000". Then you save the file. And you're done! Now the cammo is invisible, but you still enjoy the bonuses it offers. Warning: Unlike skins, which you can change, add or remove while running the game and see the changes on your ships by just selecting another ship, then going back to the ship you want, this doesn't work with the game running. You need to close the game and launch it again to see the change. Enjoy!
  4. ATTENTION l'article que vous allez lire contient DE LA TECHNIQUE vous êtes prévenus. Voici venue la partie deux de l'article que vous attendiez tous ! (ou peut-être pas. J'en sais rien, je me demande encore qui sera assez fou pour aller jusqu'au bout). La dernière fois nous avons parlé de ce qui a amené Littorio à exister politiquement, puis de ses canons, principaux, secondaires, anti-aériens. Nous avions conclus que sa puissance de feu était vraiment très bonne et que son armement anti-aérien n'avait comme seul défaut que de ne pas avoir été amélioré pour suivre les tendances. Maintenant grosse question : est-ce qu'elle a l'armure pour justifier tout ça ? Nan pasque un navire qui inflige de lourds dégâts sans armure on appelle ça un destroyer japonais. Un cuirassés ça doit pouvoir encaisser. Et pas que les obus ! Les bombes aussi ! Les torpilles ! Combien de dégâts Littorio peut-elle se prendre ? Eh bien commençons ABSOLUEMENT PAS PAR CA ! Nan, d'abord c'est la partie histoire et revenons rapidement sur la triste carrière de ces cuirassés. ... Par triste, je veux pas dire, euh, dramatique ou quoi. Nan je veux dire triste à en mourir d'ennui. Sommaire : Oggi, rendiamo all'Italia la sua persa magnificenza ! 2/3 Classe Littorio Histoire 2/ Carrière (Littorio/Vittorio Veneto) a- Littorio La construction de Littorio s’est finie le 6 mai 1940, et après quelques mois d’entrainement, elle a été envoyée avec sa sœur à Tarente. Ses deux premières opérations, l’interception des forces British lors de l’operation Hats et MB.5, se sont passées… Bah, disons qu’elles sont pas passées en fait que les Ritaliens n’ont jamais réussis à les trouver, les forces British. Ce qui est dommage vu qu’ils avaient envoyé à chaque fois genre 5 cuirassés, 10 croiseurs et tout le bordel autour. Et juste après TARENTE. Le, euh, le fameux raid aérien nocturne de novembre – que j’aime affectueusement appeler « Le Pearl Harbor du pauvre ». HMS Illustrious (oui, juste elle) a envoyé 21 avions sur la flotte Italienne dans le port avec l’intention d’infliger de lourds dégats (tain on est loin des 300+ avions qui constituaient les raids du Pacifique… Je vous l’ai dit l’Europe c’est la tristesse niveau action). Par manque de radar et le fait aussi que les ritaliens dormaient, ils ont été tellement pris par surprise qu’ils ont pris beaucoup de dégâts. Littorio s’est prise 3 torpilles, Dulio une, Cavour une autre. Bien qu’elle s’était pris une torp à l’arrière qui avait détruit son gouvernail principal, Litto était encore parfaitement capable de naviguer de son propre chef. Une autre a tapé dans Pugliese en infligeant des dégats superficiels ; la troisième en revanche lui a creusé un gros trou dans l’avant de la coque et couplé à des défauts de pompes et electriques, Littorio a continué à prendre l’eau sans pouvoir faire grand chose pendant six heures d’affilé, à tel point que le capitaine a judicieusement décider de l’échouer tant qu’il pouvait encore le faire. Grace justement à la présence d’esprit du capn Littorio « coula » par quelques mètres de fond (je sais pas si on peut parler de couler quand trois quart du navire dépassent encore de l’eau et que seul l’avant touche vraiment le fond. Ya pas à dire c’était Lili la plus important dans le port donc les répa se sont concentré sur elle et en Mars 1941 elle était de nouveau opérationnelle. Bon, du coup après elle a repris les opérations. En Aout, quelques sorties pour tenter d’intercepter des British, à nouveau sans succès. En septembre, pareil – cette fois ils ont trouvé un convoi escorté par Nelson, Rodney et Prince of Wales. Et le commandant ritalien voyant ce combat intense qui se dressait à l’horizon… pris peur et ordonna à ses navires de retourner au port. … BORDEL C’EST POUR CA QU’ILS ONT PERDU LA GUERRE LES RITALIEN ILS VOULAIENT PAS COMBATTRE ERFYCUBGFDEIUBC – bref. APRES. En décembre ils sont allés essayer de choper un autre convoi avec sa sœur Viveneto, et c’était sur le point de réussir jusqu’à ce qu’un sous-marin torpille Vive et qu’ils décident donc de ramener la flotte entière au port avec elle. Ensuite pendant une petite escorte de convoi, viens une rencontre avec un convoi british en sens inverse – cette fois-ci avec des coups de canons ! (sisi je vous jure) MAIS attention ! Pas… de trop près. Nan, on ouvre le feu à 32km. C’est largement suffisamment près. Bon, il va sans dire que la bataille a été d’un extrême intérêt et mis à part quelques ritalien qui ont eu l’audace de suffisamment s’approcher pour mettre trois near-miss, il ne s’est rien passé et les deux forces se sont enfuies. Et le pire c’est que donc officiellement les deux camps ont « gagné » vu que leur objectif c’était pas autant d’empêcher l’ennemi de passer que de passer eux même. HMS Euryalus (premier plan) et Cleopatra (arrière plan) au début de la Seconde Bataille de Sirte En Mars 1942, cependant, vint la seconde bataille de Sirte et pour une fois même si c’est comique par rapport à ce qui se trouve dans le Pacifique, il y a eu des dégâts. Et je vais même m’accorder une apparté sur celle là parce que le BIAS est total dans ce qu’on lis sur internet. Grosso modo, c’est le même mode opératoire. Convoi british, grosse force italienne, cette fois ils osent s’approcher. Les British avaient sur le coup une quantité de croiseurs et DD parce qu’ils craignaient plus les attaques aériennes et de subs ; du coup quand ils ont vu la force italienne ils ont fait ce qu’ils font toujours : spammer la touche de la smoke. Sur TOUS les navires. Un vrai générateur de brouillard. Les DD British comme ils étaient courageux ils ont chargé les italiens et ça a pas marché ; le reste des navires s’amusaient à sortir de la smoke, tirer, puis rerentrer. Dans la bataille, Littorio était le seul cuirassé. Elle a mis un obus juste à coté d’Havock que la détonation à tellement endommagée qu’elle a du s’enfuir de la bataille avec des dégâts tellement lourd qu’elle serait impotente lors du prochain raid aérien et coulerait sans autre forme de procès (comme quoi il y avait beau y avoir pas beaucoup de TNT dans les obus rital, visiblement y en avait assez). Elle a aussi mis un 381mm au travers de Kingston, allumant un feu dans ses moteurs et l’amenant à… l’arrêt complet. Ses splinters ont aussi percé et floodé un peu un troisième DD. Les croiseurs avec elles ont aussi endommagé légèrement trois navires de plus. Quant aux croiseurs british, Cleopatra a perdu un bout de son équippage à causes de 152mm de croiseur, Euralyus s’est fait starddle par Lili deux fois – autant dire que ça fait pas du bien – et ya Penelope qui a aussi été endommagé même si je sais toujours pas trop par quoi. Bon. Voila ce qu’on lit souvent sur le sujet : Cette bataille est une victoire britannique. Les gars. Les british ont perdu 2 DD de manière quasi définitive et qui n’auraient pas l’occasion d’être réparé, plus trois croiseurs et trois DD avec des dégâts variés, 39 morts, sans compter que privé d’une grosse tranche d’escorte, la moitié des navires du convoi ont été perdu à cause de raid aériens qui ont suivi, et des 24000t de marchandises diverses et variées sensées être livrées à Malte, seules 4500t sont arrivées. Et en retard. Sur des navires endommagés. Les italiens ont pris : Une bosse dans le flanc de Littorio à cause d’un obus de 120mm Et un hydravion. Vide, tout seul, il a pris feu comme un grand. Aucun mort. Je sais pas ce qu’il vous faut de plus. Mais là, c’est une victoire stratégique ET tactique italienne. Je suis désolé mais à des moments le bias British va trop loin. Bref retour à Littorio ! Après Sirte, on a… encore une escorte de convoi, cette fois Vigorious. Lito & Vive avec quelques croiseurs sont tranquillement allées en mer, et les British tout paniqués ont envoyé raid aérien après raid aérien sans AUCUN succès. A, si, Lili s’est pris une bombe sur la tourelle en A. Qui est restée en service. Du coup les raids ont pas marché donc les british ont abandonné le convoi avant même de rencontrer les italiens. Ca n’a pas empêché les raids de continuer et une torpille de toucher Littorio, à laquelle Pugliese a résisté sans trop se poser de question. Les six mois d’après… bah y avait plus de fuel. Puis les Italiens se sont rendus et après quelques bombes US en plus Italia et ses deux sœurs Vive et Roma ont navigué vers Malte pour être interné. Une Fritz X plus tard, Italia était à Malte où elle resterait jusqu’en 1947, où elle retournerait en Italie, serait offert en récompense aux US, qui ne prirent même pas la peine de l’amener chez eux pour la démanteler et décidèrent de la faire démanteler en Italie. b- Vittorio Veneto Vittorio Veneto pendant la bataille de Cap Spartivento (derrière elle, Giulio Cesare) Bon, je vais abréger Vive sinon ça va prendre des plombes. Vive donc, a participé à quand même une certaine quantité d'événements avec sa sœur. Du coup je vais vous faire la version abrégée : Vive, n’ayant pas été endommagée dans le raid de Tarente, a pu avec Giulio participer à la bataille de Cape Spartivento en novembre. N’ayez pas trop d’espoir c’est le même pattern : les italiens détectent les anglais, mais exagèrent la taille de la flotte et les rital prenant peur détalent comme des lapins. Vive n’aura que l’occasion d’endommager superficiellement un croiseur. Néanmoins, elle pourra quand même montrer au monde sa maîtrise de l’esquive en évitant un raid de torpilleurs d’Ark Royal (double combo !) Après avoir été déplacé à Naples, à Sardinia, puis encore à Naples, Vive subit un nouveau raid aérien qui encore une fois sera incapable de lui infliger le moindre dégat (triple combo !). Giulio ayant eu moins de chance, ça faisait de Vive le seul BB opérationnel d’Italie à l’époque, les autres étant tous en répa. Heureusement pour eux les anglais se sont dit qu’ils allaient attendre un peu avant la prochaine bataille – histoire de mieux les humilier. Suivant, Cap Matapan. Si la Seconde Bataille de Sirte était, désolé encore une fois, CLAIREMENT un victoire ritalienne, la Bataille de Cap Matapan c’est pas moi qui vais essayer d’argumenter : c’était une catastrophe italienne, ou une grosse victoire british si vous préférez. Pour faire court, après une tentative rater d’encercler des croiseurs, Vive engage rapidement Orion aux canons lequel prend peur devant la puissance des 381mm et s’enfuit. Ensuite, un raid d’avions de Formidable tente une attaque sur Vive mais ne réussit pas une seule touche (quadruple combo !!!), juste un coup sur le moral qui convainc l’amiral à bord que c’est trop dangereux et qu’il faut se barrer. Sur le coup il avait un peu raison pasque les anglais étaient très déterminés à choper Vive : ils ont lancé d’abord des avions de Grèce pour les arrèter sans succès (QUINTUPLE COMBO !!!) puis un autre raid de Formidable qui parviens finalement (enfin !) à mettre UNE torpille sur elle (et encore le pilote s’est suicidé pour ça). Malgré des dégâts assez importants, Vive reprend la route pour la répa tandis que trois croiseur set deux DD se préparent à une bataille de nuit contre trois BB (traduction : les rital sont sur le point de perdre 75% de la classe Zara en une nuit). Le reste, les interception de convois, le torpillage par Urge, vous en avez déjà entendu parlé et, quelques raid aériens ratés plus tard (reprise du combo~) et après même une attaque raté de sous-marins, armistice, Malte, Fritz, l’égypte, puis donnée aux British et démantelée. Néanmoins si Vive a fini sa carrière ici, ses 90mm ont été démontés avant et donnés aux Yougoslaves. Et croyez-le ou non mais ces canons mêmes continueraient à servir jusque dans les années 90. Hell, il parait même qu’ils ont été importants lors de la bataille de Sibenik en septembre 91 ! Vittorio Veneto faisant feu pendant la bataille de Cap Matapan Technique 2/ Protection Je vais me permettre une petite citation (traduite par votre serviteur) d’une référence navale datant de 1945 et valable pour toute la guerre, le livre Américains intitulé « handbook of damage control ». Chapitre 1, page 10, 1-3 « Il faut garder en mémoire qu’aucun navire ne coule jusqu’à ce que des dégâts sous la ligne de flottaison se produisent » Et 1-2 : « Les causes principales de perte d’un navire sont : 1 – Les inondations, faisant que le navire se renverse, coule à pic, ou s’enfonce sur lui-même 2 – Des dégâts structurels énorme faisant se briser le navire (particulièrement pour les navires légers) 3 – des incendies, qui peuvent forcer à l’abandonnement du navire en infliger des dégats depuis l’intérieur, résultant en des inondations et/ou dégâts structurels 4 – une explosion d’un magasin de munition résultant, la plupart du temps, les trois situations précédemment mentionnées » Excellente lecture qui était distribuée aux marins de l’US Navy, je vous la conseille, et c’est vrai qu’elle remet les choses en places pasque contrairement à ce que tonton FailGaming vous a dit, on ne fait pas couler un navire en lui rentrant une centaine d’obus AP dans le mat. Bon. Tu veux faire couler un cuirassé. Quelles armes t’emploie ? -Pew pew tu lui tires dessus jusquà ce qu’il se passe un truc (cad jusquà ce qu'un truc dedans explose) -Plusieurs centaines de kilo d’explosif sous-marins et pugliese a qu’à bien se tenir -Naviooooon et pis bombes dans le pont et pis explosion -BANZAAAAAAAI J’aurais du mal à qualifier la résistance de Littorio au 4è, mais les trois premier, on peut. La résistance aux obus était assurée par l’armure verticale (la ceinture, les bulkhead, les barbettes, tout ce bordel), dans une moindre mesure l’armure horizontale (le pont, les ponts au-dessus du pont et les ponts en dessous du pont), et aussi – c’est important de le préciser – l’eau, une défense que tous les navires partageaient. La résistance aux torpilles, c’était… bah la protection anti-torpille (duh) dans notre cas, Pugliese. Et la résistance aux bombes c’était l’armure horizontale (les ponts) avec dans une moindre mesure la protection anti-torpille (au cas où la bombe tombe à coté du navire et explose sous l'eau). Bon, allons-y ! On a du boulot ! A/ Atteindre la cita si vous êtes un obus Souvenez-vous, rien n’est simple quand on doit étudier le design des navires italiens… Quand on vous balance une bombe ou des obus, son but c’est d’arriver sous la ligne de flottaison, déjà, et de préférence, dans un endroit bien sensible (la légendaire « citadelle »), comme les moteurs, les magasins de munition, ce genre de truc où une explosion en cause généralement une autre avec plein de trous pour faire rentrer l’eau en bonus. Eh, sérieusement. C'était où la cita, ou sous la ligne de flottaison, ou bien tu mets le feu. Mais le reste ça fait 0 dégats point barre ou peu s'en fallait. Bienvenue IRL les gars. Smoke+SpamHE ici ça marche pas. La résistance aux trous dans la coque et incendies sera évoqué dans la partie 3 quand on évoquera l'efficacité des damage control. Ici on essaye d'infliger un semblant de dégâts ! Du coup Question. Comment tu l’atteins cette zone magique ? Réponse : t’as cinq moyens. SCHEMA ! Coupe du cuirassé Littorio, montrant la composition de l'armure -En rouge, la ceinture principale et les parois associées -En orange, la ceinture supérieure -En jaune, le pont principal et protégé -En vert, le système Pugliese Coloriage by your truly. Vous avez 5 chemins pour atteindre la zone dite de « là où on peut faire de vrais dégats » Solution Rouge : c’est la plus directe, passez à travers la ceinture principale. Simple, concis, précis, même pas besoin de donner d’angle, vous pouvez y aller tout droit, la terre promise est juste derrière. Le bémol du plan : c’est la ceinture principale. Genre l’endroit le PLUS BLINDE du navire, enfin, souvent. Pour passer au travers de ce truc va falloir un sacré punch , quelque soit le navire. Et aussi donner le moins d’angle possible : si votre obus arrive penché, il va se frotter à une épaisseur augmentée et là plus rien ne passera. Point-blank donc, et que pour les plus gros canons. Solution Orange : vous passez par la ceinture supérieure ! C’est tout bénef, elle est vachement moins blindé. Problème : il faut quand même passer le pont protégé. Autre problème : faut descendre. Mais si vous avez un angle trop vers le bas votre obus ricochera contre la ceinture supérieur. Et si votre angle est trop plat, votre obus ricochera contre le pont ! Et en cas d’angle optimal vous allez devoir percer beaucoup plus d’armure réelle que l’épaisseur directe des deux parois à franchir. Quel que soit la manière dont vous la prenez, vous êtes toujours perdant. Solution Jaune : passez par le pont. Si vous êtes une bombe, c’est votre voie royale. Si vous êtes un obus, c’est moins sûr : oui, les obus pouvaient passer par là, mais leurs angles les plus avantageux étaient à plus de 30km. Dans les distances d’engagement classiques d’un combat navale où aucune touche n’a eu lieu à plus de 24km, vous partez avec un gros désavantage parce que vous attaquez le pont avec un angle quand même très important - trop ? On va voir ça après. Solution Verte : passer par la protection anti-torpille. Hey, sérieusement, c’est goldé par-là : c’est vraiment pas blindé. Tout mou. Et puis la cita est juste derrière. Le hic ? L’eau ! Ewi, généralement à partir du milieu/bas de la ceinture principale, il y a de l’eau. Et quand vous êtes un obus c’est pas pratique parce que vous allez perdre quasiment toute votre énergie à passer au travers de ça, et quand vous allez l’atteindre la protection, vous aurez autant de vélocité qu’une anémone de mer (une anémone de mer se déplace à raison de 2 mètres par heure. Zemoreyouknow). Pour ça que généralement, ou bien vous allez exploser à l’extérieur du navire (pas idéal pour un obus, on a pas inventé les torp pour rien) ou bien vous exploserez pas du tout. Solution Bleu : … Par en dessous ? Nan, sérieusement, je vais pas m'étendre sur le sujet mais c'est bon de le mentionner. Pourquoi pas ? C’est pas blindé. La cita est juste derrière. Ceux qui trouvent cette idée très stupide et qui pensent que je trolle n’ont pas l’esprit assez ouvert et c’est avec un esprit ouvert qu’on perce des défenses impénétrables ! Oui, il y a eu (majorité après la guerre mais pas que) des torpilles désignées pour exploser directement sous la coque. Ignorant purement la protection anti-torpille. Donc oui, si vous attaquez avec des canons, vous passerez pas par là. Mais avec des torp… Ca peut. Si elles sont modernes Bref. Tout ce texte vous avance beaucoup je m’en doute mais ça ne répond pas à LA question : à quoi Littorio résiste ? Allez, commençons par le commencement. Vous êtes un obus. 1- La Ceinture Principale Le seul truc qui attaque la ceinture principale c’est les obus (ni les bombes ni les torps passent pas là). Et comme la cita est vraiment derrière, il faut être sûr que rien ne passe. Alors, je pourrais faire ça simplement, sommer les épaisseurs, et donner juste une valeur de blindage totale à comparer et basta. Mais si je le faisais voila ce que ça donnerait : Navire Ceinture Bulkhead Longitudinaux Turtleback Total Angle Total réel à 0° Total réel à 25° Littorio 70+280 36 25 411 11 / 11 / 27 422 502 Richelieu 10+330 50 390 0+15 / 36 413 492 Yamato 410 410 20 436 576 Iowa 38+(22+307) 367 0+19 385 499 KGV 381 381 0 381 420 Bismarck 320 100 420 0 / 69 599 492 Voila. EST-CE QUE VOUS ETES CONVAINCUS ? Pasque moi non. En lisant ce truc, la seul chose qu’on voit c’est : -Yamato a une grosse ceinture -KGV a une ceinture moisie -Le turtleback à pointblanck il rocks -Tout les autres ont une ceinture quasi identique Sauf que grande news : c’est beaucoup BEAUCOUP plus compliqué que ça xD Pasque ya une grosse différence entre des armures comme celles de Yamato, et celle de Littorio. Yamato a un bloc de métal de 410mm et c’est bouclé. Littorio a une plaque de 70mm suivi de 250mm de mousse de ciment puis la ceinture de 280mm suivi de 1400mm plus loin une paroi de 36mm et encore beaucoup plus loin une autre paroi inclinée à l’inverse de 25mm. Et à ce moment je vous vois vous demander « ouais, ça change quoi ? Suffit de faire le total d’armure ». Nope, c’est plus tordu que ça. Petit retour histoire sur l’obus AP ! ~Et maintenant, un cours rapide sur - l'obus AP~ Dans l’ancien temps (avant le XXè siècle) l’obus AP c’est un bloc de métal avec de l’explosif dedans, point barre rideau. Son fonctionnement est très simple : il compte sur sa masse pour « écraser » l’armure qu’il rencontre. Eh oui, c’est comme ça qu’un AP perce l’armure : pas d’artifice. C’est juste plus c’est lourd et ça va vite plus c’est capable d’écraser une grande épaisseur de métal, et avec assez de force il peut passer au travers. Mais cet obus AP a de gros problèmes. Notamment, si t’es pas bien en face de ta cible, c’est le bordel. Quand il attaque une armure avec un angle, il est dévié, il ricoche, il perd en énergie, l’arrière va taper sur l’armure, il se brise, il explose pas, il reste coincé, et ça, à des angles au final assez faibles ce qui le rend difficilement puissant dans la vie de tous les jours. Une révolution du début du XXè siècle va venir corriger ça. Voici un obus de Bislol pour illustrer : Schéma et semi-coupe d'obus AP de Bismarck ; source Navweaps.com Le délire le plus important c’est ce truc appelé « armor-piercing cap ». Ce fameux cap à l’air de rien comme ça mais ça a tellement été une révolution qu’après un court temps TOUS LES AP de gros calibres l’ont eu. A tel point que chez les US ils ont fini par abandonner deux désignations différentes (AP et APC) et à décider qu’un AP avait forcément ce cap. Il sert à quoi avec sa forme chelou ? Trois choses : -Il augmente l’angle d’attaque de l’obus, diminuant drastiquement les ricochets ou un obus se brisant à cause d’un angle trop grand. Pour faire simple ce cap t’assure une belle attaque jusqu’à 45° - au delà il répond plus de rien par contre. -Il répartit l’onde de choc lors du contact mieux sur l’obus, diminuant les chances qu’il se brise ou perde de son intégrité structurelle, et donc augmentant ses chances de pénétrer l’armure qu’il touche. -Il applique une pression sur l’armure à l’impact, la rendant moins fiable et donc plus susceptible d’être percée lorsque le corps de l’obus appuiera à son tour. ~C'était - l'obus AP, par Last Butterfly~ Pour répondre à ce fameux cap, la plupart des pays se sont dit « bah il nous faut donc mettre beaucoup plus d’armure ». C’est une strat. Mais les allemands et les italiens, ils ont commencé à se poser des questions plus techniques. Quand l’obus avec son cap rencontre une armure, il est d’usage que ce cap se brise et/ou soit détaché de l’obus après la pen. On s’en fout de toute façon si ça arrive, vu que tu auras déjà pen - en fait, c'était même prévu que ça arrive, et généralement, si le cap reste en place, l'obus a peu de chance d'exploser. La strat : on met une plaque d’armure préliminaire qui a pour but de faire sauter le cap, et derrière, on met la vraie ceinture. L’obus arrivera contre sans son cap, donc il aura beaucoup plus de chance de ricocher, se briser, sans compter la puissance de pen qu’il aura perdu ce qui fait qu’un obus lourd pourra être arrêté par une armure moindre. Est né le concept de « decapping plate ». Il y a beaucoup de rumeurs à son propos et le sujet est très peu connu. La seule étude d’époque nous vient de traductions de tests et théories germano-ritaliennes ; la seule étude de nos jours est celle de Nathan Okun (enfin que j’ai réussi à trouver). Les résultats sont rares et parfois pas cohérent et il faut savoir faire la part des choses pour ne pas tomber dans les pièges à touristes (que sont les américains sur le coup). Nathan nous a pondu ce tableau : Keskivedir ? En x, vous avez l’angle d’attaque. En y, c’est épaisseur de l’armure divisée par le calibre de l’obus qui l’attaque. On va ignorer les types de cap ou quoi. Pour faire court, si épaisseur/calibre est supérieur à 0.17, le cap saute quasi toujours quel que soit l’angle. Je pourrais vous détailler plus (c’est plus complexe que ça en fait) mais je vais juste vous mettre le lien de l’article et amusez-vous, moi je suis ici que pour Littorio : http://www.navweaps.com/index_tech/tech-085.php Si on en croit Nathan avec sa plaque de 70mm Littorio peut decap jusquà du 411mm ! Les tests italiens de l’époque sont moins concluants cependant - et plus pertinant vu qu'ils ont essayé en vrai. Quand ils ont testé ils ont remarqué que pour decap un obus de 381mm il fallait une plaque de 100mm et aussi 600mm de vide après pour que le cap ait le temps de se barrer complètement ! C’est beaucoup. Même beaucoup trop. Ils ont donc cherché un moyen de réduire ces valeurs et là vient la mousse de ciment. Avec cette fameuse mousse dans l’espace de vide, ils ont réussi à réduire les valeurs de manières impressionnantes : pour decap un obus de 381mm il suffisait d’une plaque de 70mm suivi de 250mm de ciment, et enfin une plaque de 280mm pour l’arrêter complètement. Tiens… Exactement les valeurs de la ceinture. Quelle coïncidence ! Et c’est de là que viennent les claim italienne comme quoi « Littorio était immunisée aux 381mm et en dessous ». Immunisée j’ai des doutes, mais les données d’époque et actuelle concordent à dire qu’aucun obus de ce calibre ou en dessous n’aurait pu passer la ceinture principale. … Quoi ? Vous vous attendez à ce qu’on passe à un autre endroit ? mais les gens je vous l’ai dit. La ceinture de Littorio est en quatre parties ! On vient de faire les deux première – la decapping plate de 70mm, et le bloc principal de 280mm. Il en reste de deux. Ok, t’as un obus qui arrive à passer au travers de ce système ultra-compliqué. Après les 280mm, quel que soit l’issue du système d’avant, son cap est en miette et il a perdu une très grosse partie de sa vélocité principale. Parallèle à la ceinture, quelques mètres plus loin, il y a la troisième barrière. C’est une paroi de 36mm. Alors c’est sûr qu’après 350mm de système complexe ça a l’air un peu moins génial, et j’ai beaucoup entendu de gens me dire « si ça a passé les 350mm ça va forcément passer les 36mm » Non, pas forcément. Un obus qui se déplace – qui plus est latéralement – a une énergie qui dépend grosso modo de sa masse et de sa vitesse. A chaque fois qu’il essaye de percer un truc (même l’air, on ça les frottements), il perd de l’énergie. Quand il doit percer une plaque de métal, il perd énormément très rapidement. Après une plaque de 350mm, le truc aura peut-être même plus assez d’énergie pour passer une simple vitre. Donc il n’est absolument pas forcé de pouvoir passer ces 36mm du tout, à moins qu’il ait conservé assez d’énergie. C’est donc effectivement une troisième barrière à franchir qui consomme encore de l’énergie – et si t’en a plus, tu passes pas, tu t’arrêtes là, et ton explosion n’inflige qu’une toute petite fraction de dégâts de ce qu’elle aurait pu faire. Bon. On va dire en face c’est Yamato ou Iowa. L’obus perce les 70mm, perce les 280mm, perce les 36mm. Il en redemande ! Eh bah on en a encore à donner ! Quatrième barrière, 25mm d’armure anglé à l’opposé. Allez, je lâche la bombe : C’est un turtleback les mecs. « Mais last, il est ridicule, il fait que 25mm ! » « Mais last, il est beaucoup trop vertical ! » « Mais last, vfbrehierobzvuo richelieu est mieux ! » Effectivement, c’est pas le plus clean ni le plus épais des turtleback, mais il n’empêche qu’il agit exactement comme tel. Et voici pourquoi : Coupe de l'armure de Littorio avec trajectoire d'obus perçant la ceinture principal et le premier bulkhead « Mais last les obus ça tourne pas ! » Est-ce que vous connaissez le principe de la diffraction d’un rayon lumineux. Pasque là c’est pareil. Oui, les angles sur le dessin sont exagérés, mais l’effet est réel : quand un obus passe correctement avec un angle au travers d’une plaque d’armure il est dévié vers la perpendiculaire, et l’effet peut être très prononcé en fonction des circonstances – ce qui cause d’ailleurs des problèmes quand le virage fait que l’arrière de l’obus frappe quelque chose et que l’obus se brise. Quand l’obus arrive sur les 25mm, il aura un angle défavorable. C’est certes pas un turtleback aussi efficace que Bismarck et likes, mais comptez que votre obus est passé à travers un total de 386mm d’armure avant, a perdu quasi toute sa vitesse, et son cap sensé l’aider quand il prend une surface avec de l’angle il est réduit en formage rappé quelque part dans la mousse de ciment. Je pense sincèrement qu’un 381mm, sensé être garanti de ne pas passer la seconde plaque, n’arriverait jamais au bout des 4 niveaux de protections. Désolé les gars. Si vous êtes pas US ou IJN, faudra passer par autre part que la ceinture. Là c’est inviolable. Et très honnêtement même un 406 ses chances sont ridicules. Faut vraiment être point blank est bien, BIEN en face. Et encore, j’ai des doutes. Nan faut être Yamato, c'est tout. Sur le coup award de la meilleure ceinture principale là. Le seul truc qui résiste mieux c’est Bismarck à moins de 5km avec son turtleback ultra-plat. 2- La ceinture supérieure Une fois de plus j’ai pas besoin de vous dire pourquoi je vais pas faire de comparaison avec les autres ceinture supérieures. Hell, ce serait encore plus dur, certains cuirassés n’avaient même pas de ceinture supérieur ! Nan, étude qualitative. Comment on la pen ? Si vous passez par la ceinture supérieure, vous allez vous retrouver entre le pont protégé et le pont supérieur. Pour atteindre un semblant de cita il faudra donc encore traverser le pont protégé, de deux moyens : Ou bien vous le traversez tôt, sur les bords du cuirassé, là où il est plus mince, mais il vous restera encore le bulkhead de 25mm après Ou bien vous le traversez au centre du navire, la partie la plus blindée, mais il n’y aura plus de bulkhead après. Ca c’est la théorie. En pratique, si vous passez par la ceinture supérieure, vous allez pas la pen la partie centrale. Accrochez-vous à vos cosinus, on va parler d’angle ! Je savais pas quoi mettre comme images là alors j'ai mis ça Pasta plz La ceinture supérieure fait 70mm, même épaisseur que la plaque de decapping de la principale. Derrière, pas de mousse de ciment, mais plusieurs mètres de vide avant de toucher un pont. Pour faire court, la ceinture supérieure va decap quasiement tout, sauf peut-être les obus de Yamato, simplement parce que la distance entre elle et l’obstacle suivant est tellement grande que le cap aura largement le temps de sauter. Donc l’angle, qui est déjà très important, l’est encore plus, parce qu’un obus sans cap est EXTREMEMENT susceptible de ricocher ou se briser même à des angles pas énormes. Prenons le second passage qu’on avait dit : on passe par le milieu du pont blindé. J’ai fait un rapide calcul géométrique pour déterminer l’angle minimal d’attaque sur le pont : en perçant la ceinture supérieure le plus haut possible et touchant le pont le plus tôt possible on se retrouve avec un angle d’attaque minimal de 63°. Ca passe pas. C’est tout, il n’y a pas besoin de des poser la question super longtemps. Déjà même le cap il n’aide plus vraiment à la pen au dela de 45° ; en plus le pont protégé fait 100mm au centre (voir 150mm par endroit), avec l’angle minimal tu te retrouves à devoir percer au moins 220mm d’armure supplémentaire flat. Et enfin un obus sans cap il se pose même pas la question à un angle comme ça il se contente de, au mieux, s’écraser mollement le long de la surface. Tu passes pas le centre du pont protégé après la ceinture supérieur. C’est tout. Bon. Du coup solution deux, on passe le bord du pont puis le bulkhead. Le bord du pont protégé fait 90mm. Par contre, il est plus proche ; et donc il faudra attaquer la ceinture supérieure avec un angle défavorable. Mais plus votre angle d’attaque de la ceinture supérieure est favorable, plus celui sur le pont est défavorable ! Et inversement ! Vous savez ce que ça appel ? Des MATH ! Angle ceinture Epaisseur réelle Angle pont Epaisseur réelle Angle bulkhead Epaisseur réelle Epaisseur Totale 60.62 142.7 29.38 103.3 33 29.8 275.8 54.30 120 35.70 110.8 27 28.1 258.9 46.41 101.5 43.59 124.3 18 26.3 252.1 36.07 86.6 53.93 152.9 10 25.4 264.9 31.31 81.9 58.69 173.2 0 25 280.1 25 77.2 65 213 Low (<10) ~25 315.2 17.52 73.4 72.48 299 8 25.2 397.6 Et vous avez là une très grosse partie du panel d’angles possibles avec lesquels vous pouvez attaquer la ceinture supérieure et viser le bord du pont protégé. Vous l’aurez compris, en dessous de 15°, c’est même pas la peine de penser à passer par là. Vous aurez entre 450mm et une infinité d’armure flat à passer qui va grandir très rapidement plus l’angle se réduit parce que vous toucherez le pont pratiquement à l’horizontale. Donc on vise quand même un grand angle. A quelles distances on a un angle d’impact supérieur à 15° ? Pour les canons les plus plat du monde (ceux de Littorio eux-même), ça ne sera pas atteint avant 23 kilomètres ! Bon, mais c’est ceux de Littorio. Quid d’un canon qui tire avec un grand angle ? Bismarck peut-être : un angle d’impact supérieur à 15° est atteint à partir de 20km environ. Iowa peut-être ? Un angle d’impact supérieur à 15° démarre vers 19km. Pour faire court : en dessous de 18/20km, ne pensez pas à passer la ceinture supérieure. Votre angle sera trop défavorable quel que soit le navire. Bon mais au dela. Qui peut pen ? Alors, théoriquement un cuirassé, officiellement trois , officieusement deux. Pourquoi "théoriquement un", pour le même délire que la ceinture principal - la decapping plate. Si on compare la puissance de pen des obus à l'épaisseur totale de l'armure avec des approximations à l'identique (puissance de pen optimale pour armure optimale) on obtient des petites fenètres de pen pour certains canons. Mais en réalité, en perdant son cap après être passé au travers, l'obus perd une grosse partie de sa pen et bouffe beaucoup plus dès qu'il attaque avec un angle, ce qu'il va forcément faire. Donc en théorie, le seul obus qui pourrait atteindre la cita depuis la ceinture supérieur est un obus qui a une chance de ne pas être décap par une plaque de 70mm. Autrement dit, un obus de 460mm. Coté officiel, si on ignore le délire du decapping : pour être clair, Bismarck et KGV n’auront jamais, à cause de leurs angles d’attaque/pen, aucune chance de pen par là. Iowa et Yamato ont des fenêtres, des fenêtres plus petites à des grandes distances (on part sur des distances où Iowa a moins de 8% de touche et où la zone à toucher représente moins d’un quarantième de la surface touchable. Pour vous dire l'improbabilité du truc), mais dans l’ensemble, si Littorio reste de flanc et ne donne pas d’angle latéral de plus de 20°, ils représentent un danger. Richelieu c’est… Comment dire. Officiellement oui elle « peut ». Mais dans les faits… Faut que les planètes s’alignent xD. Pour faire court les valeurs de pénétration optimales de Richelieu sont dans une petite fenêtre à longue distance au-dessus du total d’armure à passer. Au-dessus, de quelques millimètres. Et on parle des valeurs de pen optimales, par temps clair à 20° à la surface, sur une Littorio très exactement de flanc, sur une toute petite zone à toucher, et on prie pour que l’obus soit sympas et soit pas trop dévié quand il passera au travers des 70mm. Dans la théorie c’est possible. Dans la pratique, les conditions ne seront jamais réunies - et encore une fois avec le délire du decapping c'est complètement mort. Mais bon, quitte à être complet, je me devais de le mentionner. … AH ! Oui, j’ai parlé d’angle latéral là récemment. Il va sans dire que j’ai assumé durant toute cette analyse que Littorio était exactement de flanc. Si elle s’angle à plus de 20°, là sa ceinture supérieure devient vraiment impénétrable (sauf pour Iowa qui a encore une infinitésimale chance de pen jusqu’à ce que Littorio s’angle de 30°). Obus de 460mm, les seuls pouvant pénétrer l'armure verticale de Littorio de manière vraiment fiable et sans se remettre trop à la chance B/ Au cas où vous êtes une bombe ou une torpille 1- Le pont Bon. Les obus c’est bien beau, mais il va falloir parler d’un peu autre chose. Et vu qu’on attaque le pont, on va pouvoir parler d’un autre truc – les bombes. Mais d’abord les obus. Cette grande légende d’un obus que touche la citadelle via le pont d’un navire. Est-ce que c’est possible ? Alors, théoriquement, oui, bien sûr. Dans les faits, cependant, c’est très, très peu probable. Réalisez à nouveau que l’angle est un truc très important et que s’il est supérieur à 45°, les chances de pen sur une plaque un minimum épaisse sont vraiment très limités quel que soit l’obus. Le truc, c’est que toucher le pont avec un angle de moins de 45° c’est… quasiment impossible en fait. Prenez Iowa encore une fois qui a de très très grands angles. Elle touche le pont à 45° qu’au-delà de 36km – et sa distance de tir maximale je rappelle que c’est 38km. Il y a 80s de temps de vol à une telle distance, et ses chances de toucher sont inférieures à 1%. Et les autres cuirassés, pour la plupart – Richelieu, Bismarck, Yamato… - ils ne toucheront simplement jamais le pont à 45° du tout. Partant de là, le pont protégé blindé de Littorio offre, en ignorant les couches successives de ponts intermédiaires, entre 190 et 300mm de défense minimum. Les chances de toucher sont déjà infinitésimales, celles de pen avec un angle qui sort de ceux que le cap assure le sont aussi. Multipliez les deux, et vous obtenez les chances d’endommager sérieusement Littorio par le pont avec des obus. Rien ou peu s’en faut, et le peu s’en faut vaut seulement pour Iowa. Et peut-être Yamato à 40km, mais pour toucher à 40km, là, ce qu’il vous faut, c’est plus un radar ou une dispersion nulle, c’est un dieu qui guide votre obus. Mais bon après tout est possible, Duke of York a bien fait passer un obus de 356mm à travers un joint entre deux plaques d’armure d'un navire, donc bon… Du coup encore une fois la vraie question, quand on parle du pont, ce sont les bombes. Est-ce que des bombes peuvent pen le pont ? Réponse : … J’en sais rien. Il n’existe pas de valeur de pen pour les bombes, et de ce que j’ai lu, c’est très variable. Donc je vais avoir du mal à vous dire si le pont de Littorio était capable ou pas de résister à ces trucs qui tombent du ciel et il faudra se référer aux études de cas pour ça. En revanche, ce que je peux faire, c’est comparer le blindage de pont de Littorio et des autres cuirassés. Littorio a un pont supérieur de 45mm et un pont protégé de 100mm au centre, 90mm sur les cotés. Le pont principal passe à 150mm au dessus des magasins. Ajoutez 14mm de pont principal intermédiaire. Ce qui fait un total de 145mm au dessus de la machinerie et 195mm au dessus des magasins. Comparons ! Navire Supérieur (machinerie) Supérieur (magasins) Principal (machinerie) Principal (magasins) Protection supplémentaire Total Littorio 45 45 100 150 14 159-209 Bismarck 50 80 80 95 N/A 130-175 Richelieu N/A N/A 150 170 40 190-210 Iowa 38 38 152 152 16-25 206-215 Yamato 35 50 200 230 10 245-290 KGV N/A N/A 127 152 N/A 127-152 Si l’on excepte Yamato qui est énormément blindé et KGV qui a un pont assez minable, la protection au dessus des magasins de munition est similaire pour tout le monde. Littorio, avec ses 160mm, est entre Bislol/KGlol, qui ont la plus faible d'environ 130mm, et Riri/Iowa qui montent à 200mm, quant à la protection au dessus des moteurs. Mes sources me disent qu’il était commun pour des bombes de 900+kg AP de pen ces ~210mm de blindage, ce qui veut dire que mis à part les petites bombes, seul Yamato peut prétendre à une vraie défense. Bon, ça c’est la théorie. En pratique, ça donne quoi ? Roma, après s'être pris les Fritz X et en train de sombrer -Premier cas : Juin 1942 Une bombe de 250kg est tombée sur Littorio. Pas de chance pour nous, elle est pas tombé sur le pont mais sur le bord d’une tourelle, laquelle est restée complètement opérationnelle et n’a pas nécessité de changer des plaques d’armure. Bon les tourelles était bien défendues mais ça nous avance pas. -Avril 1943. Littorio a été touchée par une bombe AP de 900kg. Sur… une tourelle. CA AIDE PAS. Enfin, si, pour voir que les tourelles de Littorio en ont rien à carrer des bombes, puisque bien qu’elle ait subit des dégâts structurels assez grand, la bombe a pas pu pen, et la tourelle était encore fonctionnelle, tournait, chargeait, tirait comme avant. Je passe aussi sur les deux bombs incendiaires qui ont pas pen grand-chose mais on s’y attendais un peu… Au final, pour Littorio le seul cas d’une bombe qui touche le pont c’est la Fritz X en septembre 1943. 1500kg, elle tape sur le bord du navire, avec un angle, perce le peu de pont qu’il y avait à cet endroit – 50mm max – puis la ceinture supérieure et sort du navire pour aller exploser sous l’eau juste à coté. Pas grand-chose à dire si ce n’est qu’on pouvait s’y attendre, à ce qu’on bombe comme ça perce le pont supérieur. Donc… Pas d’étude de cas possible. WAIT ! Tout espoir n’est pas perdu : Littorio a des sœurs ! -En Avril 1943, Vittorio Veneto s’est pris deux bombes AP de 900kg. Et dans le pont ! Bon la première elle a taper la partie avant, genre, vraiment devant. Largement devant la tourelle A. Donc y avait pas grand-chose à percer, 70mm d’armure au total max. Elle a traversé le navire et a explosé en dessous. La seconde bombe nous aide plus pour voir que comme le disaient mes sources, une bombe AP de 900kg pen pas mal. Elle est passée à travers le pont supérieur, principal, puis protégé, avant de rebondir contre la ceinture principale, de rentrer dans pugliese, et de le percer de part en part. Perçant au total 204mm d’armure. Welp. Au final, on peut en conclure que - quoi ? Vous voulez que je vous mentionne aussi le bombardement de Roma ? Mais quel intérèt… Bon, c’est vous qui voyez. -Roma, septembre 43. Deux Fritx X d’une tonne cinq chacune. Elles sont passées au travers de tout. … Voila. J’ai pas grand hose d’autre a dire. Encore une fois les mecs des bombes comme ça elle s’en foutent du pont de ton navire. Elles passent à travers tout. C’est pas Littorio qui va faire exception xD Du coup pour faire court : le pont était classique, de quoi se défendre contre des bombes petites et moyennes (jusquà 800kg). Les magasins étaient bien protégés et plus difficile d’accès même pour les bombes d’une tonne. Mais au dela, bah, ça passe. Et c’est pas très étonnant. Si ya vraiment une faiblesse particulière qu’on peut noter c’est les machineries, atteignables par des bombes de 900kg, et au final moins bien défendues que Richelieu/Iowa/Yamato. 2- Pugliese Allez me faites pas croire vous l’attendiez pas. PUGLIESE ! La défense anti-torpille la plus connue du monde (sérieusement, citez-moi le nom d’une autre défense anti-torpille. HA ! Jokes on you !), et qui a attiré beaucoup de curiosité dans le monde (certaines nations l’ont convoité, d’autres acheté, d’autres volé) à l’époque. De nos jours ? Bah, suffit de taper un truc du genre « Pugliese system efficacity » sur internet et vous serez vite fixés sur la réputation catastrophique du truc. Allez, c’est le passage « rétablir la vérité » ! Schéma de fonctionement théorique de Pugliese C’était quoi l’idée générale de ce cylindre ? Grosso modo, le truc est entouré de liquide (de l’eau ou du fuel). Le cylindre était sensé absorber la force d’une explosion et se sacrifier afin que le bulkhead intérieur ne prenne pas ou peu de dégâts. Le système possède ses propres avantages et inconvénients. Il est intégré à la coque, ce qui signifie qu’il n’y a pas de protubérance massive vers l’extérieur, permettant au navire de garder son aérodynamisme maximal ce qui était une grande force de Littorio. Néanmoins, il est intégré à la coque signifie aussi qu’il faut qu’il y ait la place dans la coque, donc il faut prévoir le système dès la conception et tenter de l’ajouter par-dessus une coque déjà existence non prévue pour ça résultera en un échec. Deuxième « défaut » : seule la moitié centrale du navire est couverte de manière optimale par le système – donc, la citadelle. L’avant et l’arrière sont relativement peu ou pas du tout protégé contre les torpilles et explosions sous-marines. Un défaut partagé dans une mesure par tous les systèmes anti-torpille, mais que j’ai tenu à noter parce qu’il est important (dans une mesure, parce que certains couvrent plus de surface, d’autres moins, mais aucun ne couvre toute la longueur d’un navire). Bien. Quoi qu’il en soit, la vraie question. Etait-il efficace ? Etude de cas ! -Et on va commencer par Littorio à Tarente. Pour ceux qui situent pas, allez relire la section historique. Gros bombardement de la RM, torpilles, tout ça. Littorio a été touchée par 3 torpilles ce jour-là. Le jour où elle a « coulée ». La première l’a touchée vers l’avant entre les tourelles A et B, à la limite du système Pugliese mais toujours dedans. Elle a creusé un gros trou de 10*7.5m dans Pugliese et a tordu le plating extérieur autour sur une zone de 12*9m. Néanmoins, le bulkhead derrière Pugliese a tenu le coup et n’a pas cédé même s’il a été déformé. Le système a rempli son rôle à la perfection, et les dégâts étaient mineurs. Aucune inondation notable n’a été enregistrée. La seconde torpille l’a touché à l’arrière, à l’extérieur du système, et n’est donc pas pertinente pour l’étude de son efficacité. Néanmoins pour être complet : un trou de 7*1.5m a été créé, déformation avec, l’hydravion a sauté de sa catapulte laquelle a été endommagée par le choc, et le gouvernail principal a été rendu inopérant ; mais aucune inondation grave n’a été enregistrée et les gouvernails latéraux ainsi que les hélices sont restés en état de marche, ce qui permettait toujours à Littorio de naviguer normalement. La troisième torpille, elle elle vous intéresse hein ? La torpille fatale. Elle a explosé à l’avant, sur une zone déformée par l’onde de choc de la première, et… à l’extérieur du système de protection. La raison principale pour laquelle Pugliese n’a pas marché sur cette torpille là c’est parce que Pugliese n’a pas été touché par cette torpille-là. Ensuite, pourquoi Littorio a eut des problèmes avec, c’est la combinaison du fait que la coque était déjà endommagée par le choc de la première torpille, le défaut de répartition du circuit électrique qui a empêché l’activation des pompes, la position des générateurs, et la mauvaise résistance des conduits électriques et de ventilation à l’eau. Plein de défauts mineurs accumulés sur lesquels je reviendrai en partie 3 ainsi que sur leurs possibles corrections implémentées après l’incident si elles ont eu lieu. Mais ici on veut parler de Pugliese ! Et Tarante ne nous apprends rien si ce n’est que Pugliese fonctionnait comme demandé, protégeant les zones sensibles devant lesquelles il était installé du choc et des inondations. Bon, c’était un coup. Est-ce qu’on en a d’autres ? Oui ! -Septembre 1943, Golf d’Asinara. La fameuse bombe Fritz X est passé au travers, quasi en diagonal vu qu’elle a percé la ceinture supérieure aussi, d’Italia et a explosé à six mètres de la coque. Deux sections entières de Pugliese ont été complètement détruites, déchiquetées, annihilées. Une autre a été endommagé sévèrement ; et une certaine quantité se sont mis à avoir des inondations. Pour faire court, Pugliese a bien bouffé avec l’explosion de cette bombe. Genre, BEAUCOUP. Mais seulement Pugliese : toutes les inondations ont été limité aux blisters et rien dans les zones protégées. L’armure et le bulkhead interne étaient complètement intacts. D’autres moments ? Ouais, j’en ai encore. -Vittorio Veneto cette fois, décembre 1941, torpillée à l’extrême limite du système, tout à l’arrière, par le sous-marin Urge. L’hydravion a sauté de sa catapulte (tain les mecs faudra l’accrocher un peu mieux, ça fait deux fois là). Une partie de l’explosion a été contenue par le système et de nombreux compartiments de Pugliese ont été inondés. Certaines compartiments internes ont été inondés, le plus important étant probablement le magasin de munition de la tourelle X et de tourelles de 152mm. Malgré ces dégâts ayant partiellement contourné le système Pugliese, le navire pu continuer à 23.5kn et parvint à utiliser ses pompes pour rapidement réduire la quantité d’eau prise à bord. La réparation prendrait à peine 2 mois. Réussite donc partielle de Pugliese qui à son extrémité à pu mitiger les dégâts mais pas les prévenir complètement cette fois. -Une dernière pour la route, spéciale cette fois, sur Giulio Cesare. On est donc sur un Pugliese moins efficace, aux dimensions non optimales et probablement mal installé, mais quand même présent. Une bombe de 250kg a explosé à 4m de la coque, dans la zone d’action de Pugliese. Le système a pris de lourds dégâts et plusieurs compartiments ont été réduit en miette mais la paroi derrière est resté intacte. Encore un succès pour Pugliese ! Dégats aux système Pugliese de Giulio Cesare après l'attaque. Image de stefsap.wordpress.com Pour faire court, par étude de cas, Pugliese a toujours été efficace et a effectivement protégé le navire de tout dégât majeur, et les compartiments derrière d’inondations et autre. Certes, ce n’était pas un système magique qui résistait à tout et quand quelque chose explosait contre lui Pugliese bouffait cher. Mais il était efficace et fiable, et son seul défaut était finalement de ne pas couvrir tout le navire en longueur. Sur le coup, les systèmes de défense de torpille sont très mal jugés. Vous voulez des mauvais systèmes ? Allez dans le pacifique. Prenez Iowa et Yamato. A coté de défenses comme celles de Richelieu ou Littorio, les Blisters du pacifique faisaient pitié. Ah, dernière question. Pourquoi, si Pugliese était « juste bon » mais pas excellentissime, est-ce souvent qualifié de révolution ? Facile. Pourquoi Fubuki était une révolution ? Fubuki était pas le meilleur DD en 39/45. Y avait Fletcher, yavait Yuugumo et Akizuki, y avait les Battle, Tashkent et Fantasque. Pourtant la révolution c’est bien Fubuki. Parce qu’elle est arrivée en 1928, bien avant. C’était une révolution pour son époque. Ca vous aide pas ? Allez, deuxième indice. Si je vous dis que Pugliese a été drafté en 1917, vous saisissez ? xD La révolution c’est qu’un système si ancien soit aussi bon voir meilleur pour certains que les plus modernes créés dans les années 1930. Conclusion sur les défenses de Littorio : Bon avant toute chose : -Pourquoi j'ai pas parlé de la qualité du métal ? Parce que c'est impossible à juger et à comparer à mon niveau. Je vais juste pointer du doigts que Nathan Okun, l'expert en blindage de navire de la WWII, a dans un TRES LONG ARTICLE disponible sur navypedia qualifié l'acier du blindage des cuirassés Italien du "meilleur acier de son époque". Histoire de dire. Mais comme je peux difficilement argumenter ou comparer ça je vais me contenter de citer l'expert et de m'en tenir là. Wow. On a fait du chemin ! Bref, du coup, au final, les défenses de Littorio elles étaient très bonnes. Question vertical : sa ceinture employait une technique très spéciale et révolutionnaire et était probablement la plus impénétrable des ceintures de cuirassé de son époque, même devant Yamato. La ceinture supérieure, en condition réelle, il n'y avait guerre que Yamato pour pouvoir la passer de manière fiable, et même en conditions optimales, les fenêtres sont ultra-minces et à très longue distance. Question horizontal, son pont était dans la norme, c’est-à-dire à l’époque résistant mais sans plus, et on peut considérer que c'est la partie "la plus faible" de son armure, en gardant en tête que la plus faible est pas si faible du tout pour l'époque. Et son système de défense anti-torpille était fiable à souhait, ni la révolution ni l’échec que la plupart des gens décrivent, mais bon et si pas autant que certains (Richelieu) clairement meilleur que d'autres (Iowa/Yamato). Littorio n’était pas invincible. Des coups au torpilles sur les extrémités du navire, des torpilles magnétiques, des bombes lourdes lâchées depuis très haut étaient ses principales menaces sérieuse (surtout les deux dernières) – venant la plupart du temps des avions. Mais dans l’ensemble, sa résistance était excellente, particulièrement aux obus, et il fallait une certaine quantité de dégâts bien placés avant de la faire couler. Ah, et comme je l’entend déjà : « Mais Roma » oui, Roma. Roma a eu une détonation d’un magasin ET de la machinerie causé par une bombe très lourde lâchée depuis très haut. Ça arrive à tout le monde. Je suis sûr que vous joueurs de wows pouvez comprendre ça... Bref. Maintenant qu'on a vu que Littorio frappait très fort et encaisser très bien, il nous reste à nous poser les questions suivantes : ET LE RESTE ? Peut-être sa réputation horrible provient du reste ! Peut-être que ses optics sont catastrophiques et rendent ses canons inutilisables ! Ou que son équipage est incapable de faire du damage control et coule au moindre trou dans la coque et au moindre petit feu ? Elle a eu un radar dans sa vie ; était-il bon ? Et son hydravion ? Et puis, combien coûtait-elle ? Peut-être que ses avantages coûtaient beaucoup trop cher pour leur effet ! Et son moteur - après tout on sais tous que les italiens avaient des propulsions capricieuses qui duraient vraiment pas longtemps et dont l'endurance était une faiblesse. Et tant qu'on y est, ce quintuple combo d'esquive de Vittorio Veneto, prouesse technique du gouvernail ou juste des anglais bigleux ? Tant de chose à couvrir, si peu de temps ! Dans le prochaine article, tout ça, et plus encore, parce qu'on va se permettre de toucher un mot - oh, bien court ! - sur Roma et l'élusive quatrième sœur, Impero...
  5. ATTENTION l'article que vous allez lire contient : DE LA LECTURE vous êtes prévenus. Vous vous souvenez, dans l’article sur Yuugumo&Akizuki, quand j’ai parlé du fait que le meilleur destroyer de l’époque était difficile à déterminer ? Ouais. Moi aussi. … Aujourd’hui, comme d’hab, on va pas parler d’ça. On va parler des Ritaliens pour changer ! Faut bien que je fasse un crochet par l’Europe de temps à autre. Et quitte à parler des ritaliens autant parler de cuirassés. Soyons honnêtes. Littorio a eu une… très mauvaise publicité. Pas à l’époque, nan, après la guerre. Les 90mm ? Complètement pourris. Pugliese ? le pire design de défense anti-torpille. Son armure était censée être moyenne, ses canons bourrés de défauts en précision et vitesse de tir, on parlera même pas de l’absence de radar, et la machinerie, sérieusement, on sait tous que les machines italiennes étaient dissidentes. J’ai oublié un truc ? Ah, oui, les 152mm, avec leurs barrels montés trop proches ce qui causait des dispersions affreuses. Il reste pas grand-chose à l’italienne après un tel bashing, et c’est pas étonnant que dans les discussions sur le meilleur cuirassé de la dernière gèn, elle arrive fréquemment dans les dernières places. J’ai épluché des TONNES d’articles historiques et beaucoup trop techniques pour essayer de comprendre, déjà si c’était vrai, et de deux pourquoi si jamais c’était vrai. Je suis allé loin, très loin. J’ai lu des articles directement en italien. J’ai acheté LE livre sur Littorio, d’Ermingo Bagnasco ! Et j’ai été très surpris par certains trucs que j’ai trouvé. Du coup, un Forgotten Legend sur elle. Pour rétablir la vérité. Et oui, il est en trois partie pasque OUAH j’ai écrit les deux premières puis j’ai vu que c’était juste trop long alors j’ai décidé que j’allait découper. Du coup vous aurez que le début. Norage la suite est déjà presque écrite, je la posterai dans un jour ou une semaine ou quand j’y pense, dans un second topic, et le lien sera disponible ici. Je concluerai cette introduction à un tiers d’article par une citation de l’auteur d’un site italien qui décrit des carac techniques de la Regia Marina : « Niente è facile, quando bisogna analizzare il design di queste navi da guerra italiane! » c’est-à-dire, pour ceux qui parlent pas la langue de Pasta « Rien n’est facile lorsqu’il faut analyser le design de ces navires italiens ! » Oh boy c’est tellement vrai… Allez, un peu d'histoire, beaucoup de technique, trop de pasta, on est parti ! Sommaire : Oggi, rendiamo all'Italia la sua persa magnificenza ! 1/3 Classe Littorio Histoire 1/ Brève vue d’ensemble historique A/ Deleuze & Strasbourg En 1933, le grand duel Franco-Italien se joue sur la taille de leur flotte respective (c’est toujours la taille). Le problème était le suivant : chacun voulait être le plus puissant. Le plus faible avait tout intérêt à chercher un accord officiel sous la forme de différents traités ; le plus fort avait tout intérêt à rejeter un tel accord. Simple comme bonjour. Sauf que le plus fort, personne savait qui c’était, pas même eux. Ils continuaient à enchainer les programmes navals, mais chaque années de nouvelles prévisions et des [edited] imprévus empêchaient l’un ou l’autre de prendre un avantage définitif. Tout se jouait donc sur le grand dilemme séparé en deux parties : de l’une, il ne faut SURTOUT pas se relâcher et laisser l’avantage, donc continuer à construire un navire en réponse à chaque navire de l’autre ; de l’autre, à tout moment on pouvait perdre la main alors c’était peut-être important de signer un traité maintenant – mais à tout moment on pouvait prendre la main et dans ce cas c’était avantageux de ne surtout pas signer un tel traité ! Un vrai jeu de cinglé. En 1933, les français avaient semblait-il l’avantage léger avec leur programme incluant Dunkerque et La Galissonière en cours. Néanmoins, différentes oppositions politiques et économiques avaient obligé les Français à décaler les fonds de programme futur aux programmes présents, ce qui causerait un inévitable délai dans les constructions françaises et pourrait lui faire perdre l’avantage face à son opposant qui avait bien évidemment planifié un nouveau programme de construction en réponse. Le capitaine Deleuze fut envoyé en Italie : le but ? Etablir un accord naval pour éviter de tel scénario. Au début les discussions se passèrent plutôt bien, jusqu’à la mise à l’écris du traité où les Français essayèrent de changer les termes du contrat, essayant d’autoriser chaque pays construire un cuirassé de 26500t en plus des navires en cours de construction, mettant effectivement l’Italie en position défavorable de 1 pour 2 parce que Dunkerque était déjà sur les rails. Cela va sans dire, la discussion a été arrêté là par des italiens sentant l’embrouille à plein nez. Au final, cet échec n’était qu’un énième élément auquel le public n’aurait pas prêté attention s’il n’avait pas été suivi par la rumeur, comme quoi la France voulait construire un second Dunkerque, officiellement en réponse à un quatrième Deutschland planifié par l’Allemagne, mais pris par l’Italie comme une véritable déclaration de course. M.Cavagnari, secrétaire italien à la Navy, a rapidement invoqué le droit Italien du dernier traité de construire jusqu’à 70000t au total de cuirassés, officiellement. Il s’agissait plus d’une menace à la France que d’une véritable ambition, notamment car Mussolini – à l’époque Ministre de la Navy et des affaires Etrangères - était opposé à l’idée. Mais que les nouvelles du second Dunkerque se sont confirmés, tout a changé pour Cavagnari, qui était certain qu’il était désormais nécessaire de répondre par un nouveau programme d’armement massif, destiné à étendre la flotte plutôt qu’à la consolider. Il fit sa première proposition avec un long exposé sur la situation actuelle, l’échec des négociations, et recommanda largement un cuirassé de 30000 à 35000t avec des canons de 381 ou 406mm. Littorio avant complétion finale B/ Designs Préliminaires et Modifications La proposition de Cavagnari fut mise sur papier. Un cuirassé de 35000t avec 9 canons de 381mm en trois tourelles triples, 12 canons de 152mm en six tourelles doubles, capable d’atteindre 30kn, fut dessiné. Cavagnari avait suffisamment bien défendu son propos pour que le comité naval accepte de faire une étude approfondie des formes que pouvait prendre un tel projet. Néanmoins, le projet pris du retard et rien n’avait été décidé à la fu du premier trimestre de 1934. A cette époque, les français firent une tentative pour recontacter les italiens et essayer d‘aboutir à un accord – probablement à cause de la rumeur de construction possible de cuirassés de 35000t. Elle fut reçu très froidement par les italien mais Mussolini, toujours peu convaincu par l’idée, alla quand même entendre la proposition et leur proposa d’abandonner l’idée des 35000t si ils pouvaient construire des navires de 26000t chacun, à condition d’aussi obtenir un accord sur les navires plus légers. Néanmoins, l’idée ne plu ni à la Royale, ni à Cavagnari. A défaut d’obtenir une réponse claire et rapide de la France et pressé par le reste du gouvernement, Mussolini céda et autorisa entre avril et juin un gros budget afin de construire ces cuirassés – à condition de ne pas mentionner officiellement qu’ils étaient en réponse à la France, ce qui fut accepté et contribua à garder des relations correctes entre les deux pays. Dès octrobre 1934, deux noms furent attribués : Littorio et Vittorio Veneto. Un autre défi provint, néanmoins, des British ! Les British voyaient arriver la date promise de la conférence navale de Londre de 1935, et eux avaient grand espoir d’imposer des réductions beaucoup plus drastiques, notamment, une réduction du déplacement maximal à 25000t et du calibre maximal à 305mm ! Le programme italien était une menace directe à ce projet, car les Français risquaient de répondre avec les mêmes caractéristiques. Les anglais relancèrent plusieurs fois les italiens sur leur envie « d’en parler » ce à quoi les italiens répondirent « non, en plus vous vous avez déjà Nelson alors hein ». De plus, accepter semblait stupide pour toute autre nation que le Royaume Uni, car ces derniers étaient les seuls à encore croire – à tort – que les américains accepteraient une telle réduction. En désespoir de cause, les british tentèrent de faire réduire le calibre italien à 356mm, ce qui fut très peu considéré et rapidement rejeté. Confiés à Ansaldo et CRDA, ces deux cuirassés, après des études sur de possibles configurations d’armement différentes (2*4 406mm, 2*4+1*2 381mm et autre) commencèrent à être construits. Des délais et plusieurs modifications pendant la constructions augmentèrent le déplacement à 40500t ; estimés à 480 000 000 lira chacun, ils coûteraient en réalité beaucoup plus cher et ne seraient disponible qu’en mi-40 au lieu de 1939. Avec leurs petits problèmes en Ethiopie qui leur ont valu des sanctions internationales, les Italien ont pris du retard, mais aussi ont réalisé que Cavagnari disait vrai : la navy avait besoin d’être plus forte que jamais dans les années qui arrivaient. En 1936, la prévision de construire un troisième Littorio était déjà dans les airs. Ce n’est qu’en 1937 qu’une quatrième unité fut finalement ajouté, dans le même programme qu’une expansion des Capitani Romani. En 1938, la décision fut officialisée et les cuirassés furent nommés Roma et Impero. Leur construction commença aussi ; Roma serait terminée au milieu de la guerre, Impero, jamais mise en service. Roma, 3è soeur de Littorio Technique 1/ Armement Un cuirassé, ça a deux aspects centraux : l’offense (les gros canons qui cassent tout) et la défense (une grosse armure que rien ne casse). Et, bien que le concept de BB ait évolué beaucoup pendant la dernière gen, le point central est resté le même : combat de surface aux canons. Je vais donc commencer par m’attarder sur le premier de ces deux points. Offense : quelle cible les canons de Littorio peuvent-il prétendre menacer ? A/ 381/50 Ansaldo Mod.34 381/50 OTO Mod.36 A et B, cuirassé Roma i- La distance d’engagement Quelques records de distance de touche : Scharhorst/Warspite, touche à 24km sur cible manoeuvrant (22kn+) Yamato, encadrement à 32km sur cible lente (20kn-) Iowa (ou soeur), touche à 28km sur cible à l’arrêt La distance maximale de tir a peu d’incidence sur l’efficacité tant qu’elle comprend les distances d’engagement dites “classiques”, entre 15 et 30km. Il y va sans dire que Littorio, avec sa distance confirmée en mer de 42.8km maximal, rentre largement dans cette catégorie. Cette distance est atteinte avec une élévation de 36° et une vitesse initiale de 850m/s ; une élévation de 45° existait aussi mais a été seulement utilisé en tests de tir et il est communément assumé qu’elle était impossible à atteindre en mer. Il est bon de noter que les obus HE de Littorio avaient une vitesse initiale de 880m/s, et ont donc atteint à 36° la range impressionnante de 44.6km. Les distances d’engagement, situés entre 15 et 30km, étaient atteinte par Littorio avec des élévations entre 7 et 20°. (céimportant) ii- Vitesse d’élévation et rotation Avec 6° par seconde horizontalement et verticalement, les tourelles de Littorio étaient extrêmement rapides. Leur vitesse d’élévation était la deuxième plus rapide d’Europe, dépassée seulement par King George V (8°/s). Leur vitesse de rotation était la plus rapide du monde, d’1°/s comparé aux canons de Richelieu ou Bismarck, allant jusqu’à 4°/s de plus que Yamato. (ouioui ça aussi céimportant) iii- la vitesse de chargement A l’élévation de chargement, Littorio atteignait confortablement 1.33 coup la minute, soit un temps de chargement de 45s. Ce temps de rechargement est long, même pour un cuirassé, et il s’agit probablement de l’un des plus long existant - la plupart rechargeant entre 30 et 38s, Bismarck descendant officiellement à 26s, constaté à 23s, prétendu à 20s ; et seul Richelieu, jusqu’à sa modernisation d’après-guerre avait un temps de rechargement similaire d’au minimum 45s. Un élément vient néanmoins mitiger ce désavantage par une poignée de secondes : sur tous les cuirassés excepté Littorio et Richelieu, l’angle de recharge était généralement très bas (entre 2° d’élévation et 5° d’élévation). Il leur fallait, à une distance d’engagement classique de 20km, entre 2 et 4 secondes pour descendre les canons après chaque tir, puis recharger, puis entre 2 et 4 secondes pour revenir à l’élévation précédente. Ainsi, de 4 à 8 secondes s’ajoutaient au temps entre chaque tir lors de la plupart des engagement - voir encore plus dans les cas où cela prenait du temps d’immobiliser le canon à l’angle de chargement exact. L’angle de chargement de Littorio était situé à une élévation de 15°. Couplé à sa vitesse d’élévation rapide, il ne lui fallait que deux secondes de plus au total pour tout rechargement entre 9° et 21°, ce qui couvre pratiquement toutes les élévations des distances d’engagement normales. Ce détail qui est un avantage à moyenne et longue portée devient néanmoins un désavantage à très courte portée (8km et moins), faisant de Littorio un cuirassé moins adapté aux situations nécessitant ub engagement très proche, notamment les batailles nocturnes. Il est aussi important de noter que cet avantage n’avait officiellement pas de prise sur Richelieu, laquelle était théoriquement capable de recharger ses canons principaux à n’importe quelle élévation (je ne discuterai pas le mécanisme ici mais sachez qu’en réalité pour toute élévation supérieure à 15°, il était d’usage pour la française de tout de même revenir à 15° pour recharger, l’opération était trop complexe et propice à des erreurs ou défauts en cas d’un trop grand angle). Il est à noter qu’en cas de dégâts, ou destruction du système de rechargement, un second était implémenté dans les canons permettant la charge à une élévation de -2°. Ce système avait pour but de faire en sorte que les canons puissent toujours fonctionner malgré des dégâts, même si à vitesse réduite. iiii- Courbes des pénétrations en cas de touche Pénétration d’armure (Y, en mm) en fonction de la distance (X, en km) Approches mathématiques basées sur les valeurs donné par la formule empirique de pénétration d’armure Américaine Petite interprétation : GROS point fort. Les canons de Littorio, bien que de 381mm, se battent clairement en terme de pénétration dans la catégorie d’au dessus. Comparé à Yamato et Iowa, ils sont très proches et passent même devant l’américaine vers 22~26km, pour finir par quasiment égaliser la pénétration des canons de Yamato au delà de 32km ! Petite précision néanmoins : cette comparaison a été faite à l’aide de la seule formule qui permet de comparer ces valeurs, la formule empirique de pénétration d’armure Américaine. Bien que ce soit une valeur sûre, il n’en reste pas moins qu’elle ne fonctionne uniquement qu’en condition optimales ; ainsi, considérez que pour TOUS les navires présents les valeurs sont là à titre indicatif pour illustrer la pénétration maximale théorique. De nombreux facteurs peuvent venir perturber la valeur finale une fois en combat. Autrement dit, cet outil sert plus à comparer les canons entre eux qu’à déterminer si tel canon parviendrait à pénétrer telle plaque d’armure. iv- Dispersion et précision AH ! La on arrive dans un sujet sympa et l’une des première grande controverse de Littorio. Sa précision était abyssale, enfin d’après la rumeur. Voici ce que l’on peut souvent lire si l’on cherche, et ce qu’il en est : -Les canons italiens étaient montés trop proches, causant une dispersion excessive Réponse : FAUX. En tout cas, pour Littorio. L’argument est valide et justifié par beaucoup de navires italiens. Leurs croiseurs, particulièrement lourd, une grande partie de leurs croiseurs légers, et aussi leurs destroyers, avaient tous ce problème typique des Italiens. Il semble naturel d’étendre le raisonnement aux cuirassés ; néanmoins, ce n’est pas le cas. Les tourelles triples de Littorio ne causaient absolument pas plus d’interférence que les autres tourelles multiples des autres nations. Comprenez : je ne dis pas qu’il n’y avait pas d’interférence augmentant la dispersion. Ce problème était commun à tous les cuirassés depuis l’existence même des tourelles double et bien avant les solutions françaises de l’après-guerre, les anglais avaient déjà inventé le concept de “demi-salve” et “double salve”, en ne tirant qu’un canon de chaque tourelle double, suivi une seconde plus tard de l’autre pour augmenter la précision. Littorio n’était pas une exception à ce phénomène qui touchait toutes les tourelles multiples. Ce qui est faux, c’est de dire que les phénomène était plus marqué chez elle que les autres. Seul Richelieu, avec ses tourelles quadruples, a rencontré des interférences excessives. -La dispersion officielle de Littorio était très bonne en dessous de 20km et catastrophique au delà. Réponse : VRAI. En tout cas du point de vue officiel. La dispersion des 381mm italien était un pattern de 200m à 19km, ce qui, bien que pas impressionnant, était parfaitement dans la norme des cuirassés de l’époque. Néanmoins, à 23km, le pattern de dispersion doublait de taille et atteignait 400m, une valeur soudainement mauvaise, indiquant ou bien une sorte de scission de la dispertion autour de 20km de distance, ou bien une augmentation très rapide et absolument pas linéaire ce qui en contrepartie ferait de Littorio l’un des cuirassés les plus précis à courte portée, une option que je serais tenté de croire au vue de certains évènements historiques. Si j’ai dit “officiellement”, c’est parce qu’il y a de nombreux éléments et témoignages historiques qui tendent à montrer que cette figure officielle de dispersion était en réalité un cas isolé qui variait selon certaines conditions précises. -La dispersion italienne était causée par une échauffement rapide et excessif des canons. Réponse : FAUX ! Si vous lisez ça, sachez-le : c’était ce que croyaient les italiens au départ, mais ils se sont vite rendu compte qu’ils se trompaient et que ça n’était pas le cas. Le problème venait d’autre part. D’où alors ? D'autres idées ? Obus AP de 381mm, en train d'être chargé sur Littorio -Le design des obus italiens était défectueux. Réponse : PRESQUE ! Pas leur design, non. Leur design était très bon. C’est la manufacture qui était inégale ! Navweaps cite Maurizio Di Sciullo à propos des performances, en termes de précisions, des canons de 381mm de Littorio et Vittorio Veneto. Pour résumer, il note les variations de précisions excessives et sans aucune explications entre les différents engagement et tests. Son explication est la suivante : en Italie à l’époque, pour tester la qualité de manufacture, on demandait à l’industrie de livrer une cargaison de son choix, plutôt que d’en prendre au hasard dans la chaîne de production. Ainsi, certains fournissaient quand demandé des obus parfaits, mais se contentaient le reste du temps de les manufacturer à la va-vite. Ainsi, lors des vrais engagements, parfois les obus étaient de bonne qualité et l’augmentation exponentielle de la dispersion en fonction de la distance ne se faisait pas, et parfois ils étaient fait rapidement et la dispersion était catastrophique. Mais du coup au final la précision avec des obus de bonne qualité elle est comment ? Eh bah, officiellement… On sait pas “vraiment”. Msieur Di Sciolu nous dit qualitativement que la précision de Littorio lors de la première bataille de Sirte était “excellente” à 29km de porté, plus que Vittorio Veneto à 22km, ce qui suggèrerait qu’avec de bons obus, à 30km, le pattern de dispersion des canons serait égal ou inférieur à 400m, ce qui mettrait la dispersion dans la norme tout en étant pas spécialement supérieur aux autres. Quant à la courte porté, bien qu’il soit très difficile d’appliquer des chiffres, la seconde bataille de Sirte peut nous éclairer. Les navires suivants ont tous été endommagés par Littorio entre 8km et 18km (la plupart entre 13 et 18km) : -Destroyer Havock (near-miss), forcé à quitter la bataille à cause des dégâts. Jamais réparée, endommagée au port par des raids aériens, abandonnée en cours de route vers un autre port. -Destroyer Kingston (touche); destruction des moteurs, des tubes de torpille, des canons anti-aérien et des projecteurs, incendies, forcé à l’arrêt jusqu’à réparations temporaires. Jamais réparée, coulée au port par des raids aériens. -Destroyer Lively (splinter), bulkhead percé et un compartiment inondé, continua le combat -Croiseur léger Euralyus (stradle), forcé à des réparations courte (un/deux mois max) -Croiseur léger Penelope, dégâts inconnus La capacité du cuirassé à toucher ou endommager pendant cette bataille autant de navires légers à une distance moyenne de 12 à 15km indique que sa précision était suffisamment correcte pour attaquer des destroyers manœuvrant à une portée courte et moyenne-courte. Au final, le dernier élément de comparaison provient de peut-être la seule valeur numérique que l’on possède d’un test de tir avec un obus défectueux. En 1939, un test de tir a proposé le résultat suivant : à 17km, 10.7% de touche en moyenne. A 21km, 7% de touche. Comparons au cuirassé le plus précis de l’histoire des cuirassés : Iowa, à 18km, 10.5% de touche, à 21km, environ 8 à 8.5%. Comparé au cuirassé le plus précis du monde, c’est vraiment pas mal. v- Répartition sur le navire Graphique tiré de “The Littorio Class, Italy’s Last and Largest Battleship” d’Ermingo Bagnasco La position des canons du Littorio était au final très classique – bien qu’il soit intéressant de rappeler que c’est un « classique » qu’elle-même a instauré puisque les cuirassé pré-1920 avaient des configurations beaucoup plus variées et que la seule New-Gen précédent Littorio, Nelson, avait une configuration très originale. La volonté était de ne pas, comme sur Nelson et Dunkerque, abandonner toute puissance de feu en cas de fuite, tout en concentrant une majeure partie de la puissance de feu vers l’avant – c’est l’un des arguments qui a poussé à l’abandon d’une configuration AX avec des canons quadruples de 406mm. Au départ, une quantité plus grande de canons avait été prévu – avec une configuration « A la KGV » avec deux quadruples en AX et un double en B. Finalement, cela a été rejeté en raison de la complexité de concevoir deux types de tourelles différents. Suite au choix final de 3*3 381mm, le souhait a été exprimé de faire en sorte que la tourelle arrière puisse tout de même participer le plus possible aux offenses. Les designers ont donc fait en sorte que son arc de tir soit extrêmement large, avec seulement un angle mort de 40° vers l’avant, atteignant ainsi la volonté initiale : un navire capable d’engager une cible offensivement avec tout son armement dans une majorité des cas, avec 2/3 concentré à l’avant dans le cas de poursuite, et toujours 1/3 à l’arrière pour se défendre en cas de fuite. vi – L’explosif Je vais pas trainer longtemps sur l’explosif employé mais je me devais de faire une paragraphe dessus parce que c’est la vraie – et souvent méconnue – faiblesse de ces canons. Tous les obus ont une charge explosive, sinon c’est pas un obus. Le principe est simple, plus t’as d’explosif, plus l’explosion est grosse et fait de dégats. Les obus classiques de cuirassés de l’époque tournent à une valeur de 18kg de TNT en puissance explosive, avec différents types d’explosif (le plus puissant étant certainement l’explosif japonais). Seul exception, l’Italien, qui utilise la stable et fiable TNT mais avec seulement 10kg dans les AP soit prèt de 2 fois moins ! Ce que ça veut dire, c’est que votre obus fera pas autant de dégâts que les autres à moins de toucher une zone très sensible et de causer des réactions en chaine. Dans les moteurs ou les magasins ça importe peu, mais si l’obus s’arrête à mi-chemin dans le navire ou encore dans la partie supérieur, il est moins susceptible d’infliger des dégâts irréparables, ou en tout cas sur une petite zone. Et sachez-le, c’était un choix italien ça. Ils ont justement sacrifié la puissance pour des capacité de pen et aérodynamiques accrues. vii- Note finale sur les canons principaux Du coup. Au final, on a : ++ des canons qui ont une grosse puissance de pénétration horizontale ainsi qu’une grande distance d’engagement effective + des canons qui tournent vite, avec une précision bonne/dans la norme - des canons qui tirent lentement, avec des arcs plus plats moins propices à la pénétration verticale -- des obus avec moins de puissances explosive, qui doivent vraiment toucher une zone sensible pour faire des dégats Pour des 381mm, il s’agit d’une arme spéciale qui doit toucher une zone sensible pour montrer tout son potentiel ; mais quand elle arrive à un endroit propice aux dégats, elle est véritablement puissante et rivalise sur ce point avec ses sœurs du Pacifique. Bien entendu, d’autres caractéristiques entrent en ligne de compte – notamment la durée de vie de la tourelle, plus courte pour l’Italienne que celle des autres – et il serait difficile pour moi de toutes les explorer. Mais en combat, c’est un canon avec lequel il faut compter et qui peut infliger des dégâts réels sur toute sorte de cible en cas de touche au bon endroit. B/ 152/55 Ansaldo Mod 34 Croiseur Luigi di Savoia Duca Degli Abruzzi, portant les mêmes canons de 152mm Les 152mm de Littorio étaient au départ désignés comme des « anti-torpedo-boat ». Comprenez grosso modo que c’est surtout fait pour engager le destroyer – et dans les rares rencontres, Littorio a plus souvent engagé tout et n’importe quoi au 381mm, y compris les destroyers. Bref, pas une raison pour pas étudier ces canons. i- Distance d’engagement Bien que ce soit plus dur de trouver des références pour les canons de ce calibre, j’en ai une assez appropriée : Un obus de 152mm de Giuseppe Garibaldi a endommagé par éclats le croiseur HMS Neptune, à une distance de 21.5km. Attendez vous à ce que ce type d’engagement soit vraiment la limite haute quand on sait que ce canon avait une distance de tir maximale, à 25.7km avec ses AP, à 45° d’élévation. Néanmoins, attendez vous aussi à ce qu’on retrouve des performances similaires sur Littorio puisqu’il s’agit… très exactement du même canon ! ii- Vitesse de rotation et d’élévation … bah j’en sais rien en fait. Etant donné que le système est une copie partiel des 152mm précédente présente sur les 4 première classe du groupe Condottieri, j’imagine qu’on peut supposer les valeurs comme identique ou au moins proches : 5°/s d’élévation et 6°/s de rotation. On va pas s’mentir sur le coup, c’est correct mais les japonaise s’élèvent plus vite et les américaines font tout plus vite, tout comme les Française d’ailleurs. Rien de dramatique mais pas la meilleur vitesse. iii- Vitesse de chargement En moyenne, 4.5/5cpm donc un rechargement entre 12 et 15s en fonction de l’humeur des mecs à l’intérieur. C’est moins que la vitesse de tir théorique des 152mm Françaises (mais plus que celle en pratique, héhé). Dans l’ensemble, c’est pas super rapide comme vitesse, mais on est pas à une aussi grosse différence que celle des canons principaux. Les allemandes, américaines et anglaises tirent un peu plus vite en moyenne, pas vraiment les russes, japonaises ou françaises (fin pas qu’ils en avaient beaucoup à l’époque). On est sur une moyenne/basse question vitesse de tir. iiii- Pénétration Bon, alors, de 1 c’était surtout fait contre les DD, et de deux, les valeurs de pen sont TRES TRES rares pour les canons de 152mm. Mais ça vaut quand même le coup de jeter un œil à mes simulations : Pénétration d’armure (Y, en mm) en fonction de la distance (X, en km) entre 5 et 20km Basées sur des valeurs historiques officielles Notez que la marge d’erreur est bien plus large que celle du graphique précédent Ce qu’on en retire c’est que – pareil, si un canon doit engager autre chose qu’un DD et percer autre chose que du plating l’Italien est le plus susceptible d’y arriver. Avec la marge d’erreur issue du manque pur et simple de valeurs, on peut considérer que les performances des 152mm Italiens et Américains en termes de pénétrations sont identiques. L’allemande est peut-être un peu meilleur que ça IRL mais même toute la marge d’erreur du monde ne corrigera pas ses valeurs de pénétration catastrophique. Quoi qu’il en soit, même si ce graphique n’illustre pas grand-chose de par son imprécision, il est suffisant pour supposer que les 152mm de Littorio étaient capable d’engager une quantité de cible non-négligeable. iv- Dispersion et précision Vous allez rire (ou pas). Allez, on fait comme la dernière fois. Les différentes assomptions ! -Les 152mm des Condottieri avaient tous un problème de dispersion ; de même pour Littorio. Réponse : FAUX. Littorio montait les mêmes 152mm qu’Abruzzi. Ca change quoi ? Vous me demandez. Ca change qu’Abruzzi n’avait pas les mêmes canons que tous les autres. C’était, jutement, la version corrigée en termes de vélocité initiale, et de taille/espacement. Ils étaient même précis en fait, avec 80 à 90m de pattern de dispersion à 17.5km – ce qui est très bien. Par contre… -Laisse moi deviner. Leurs obus étaient défectueux ? Réponse : Oui, non. Pas tous. Certains xD En fait, leurs AP étaient très bien. Aucun défaut, aucun problème, excellente pen, bons dégats, bonne précision, bonne distance de tir. Leurs HE… déjà, typique à beaucoup d’HE italiennes, forcé de constater qu’elles étaient pas super puissante – voir les MOINS puissantes, avec le moins d’explosif, d’un explosif moins puissant : 2.3kg de TNT là où beaucoup de pays tournaient à 3.5kg (et les US à 6kg pasque MURICA). Mais bon, ça, à la limite, on peut survivre avec ; nan le véritable problème c’était que la forme des obus, d’une manière ou d’une autre, doublait la dispersion. Et là c’est pas un problème de manufacture bâclée. C’est littéralement l’obus standard qui était mal conçus et qui faisait sauter la dispersion des HE à 160~200m à 17.5km. Donc, des canons précis… Aux AP seulement. Aux HE… C’est pas vraiment ça. v- Répartition sur le navire Dessin issu de Navypedia.org Les canons de 152mm étaient placé selon deux concepts très simples : de 1, aux endroits les plus propices pour les faires profiter de l’armure et éviter des dégâts du aux ondes de choc des canons principaux ; de 2, pour en avoir toujours au moins un sur une cible. Arrière comme avant ils avaient tous des angles classiques entre 0 et 90°, capables de faire des quart de tours. En réalité, ils pouvaient faire un peu plus – les canons avant pouvaient se tourner un peu vers l’arrière et ceux de l’arrière un peu vers l’avant – mais dans l’ensemble, le but était de couvrir tout le tour du navire, afin qu’un 152mm soit disponible quelque soit l’angle. C/ Les 90mm et les MG AA Il nous reste quoi comme canons ? Les très attendus 90/50 OTO Mod 39, bien sûr ; les 37/54 Breda Mod 38 ; et enfin les 20/65 Breda Mod 35. En somme, surtout des canons AA (bien que le 90mm pouvait servir d’arme anti-surface contre un navire sans armure, tout comme les 37 et 20mm, quoique l’effet aurait été limité). Cela va sans dire, on aborde pas l’AA comme un canons classique ; et on aborde pas l’AA italienne comme une AA classique, ça serait trop simple. Commençons néanmoins par une vue d’ensemble numérique avant de s’attarder sur la question de savoir si ces canons étaient plus ou moins performants que les autres. i- AA suite complète comparée Navire Littorio Richelieu Bismarck KGV North Cal’ Yamato <30mm 8*2 20 4*4+2*2 13.2 12*1 20 12*1 12.7 4*4 28 2*2 13.2 8*3 25 30~69mm 8*2+4*1 37 4*2 37 8*2 37 4*8 40 69~99mm 12*1 90 4*1 90 100+mm 6*2 100 8*2 105 8*2 133 10*2 127 6*2 127 Misc. 4*2 UP Vous l’aurez compris, tout ce bordel se passe à l’époque où Bofors n’a pas encore dominé le monde, et où les anglais croient encore que leurs rockets UP seront utiles (c’est pas le cas). Généralement, on considère qu’une bonne défense AA de début de guerre devrait mixer deux calibres : les légers, disons en dessous de 40mm, et les lourds, qui sont généralement des DP. Une scission est apparue avec la domination de Bofors et Oerlikon, lorsque les navires se sont mis à équipper du 20mm (AA légère), puis plus tard à le replacer par le 40mm (AA intermédiaire), le tout sans jamais perdre leurs DP (AA lourde). Ces trois classes de calibres continueraient à cohabiter chez tout le monde, sauf les US qui décidèrent de transformer toutes les légères en intermédiaires car 20mm n’avaient pas suffisamment de puissance pour interrompre un kamikaze en pleine attaque. En cette fin du début de guerre, Littorio a un armement possédant la particularité de ne pas avoir de « très lourds DP » dans le sens où ses plus lourds sont les 90mm (les 152mm ne comptent en AA chez AUCUNE nation avant 1945, sauf les Suédois). En revanche, elle possède un arsenal assez complet sur le reste des catégories de calibre, avec 16 20mm et 20 37mm. En terme d’AA « lourde », ses 90mm sont donc les seuls pièces à combattre les 100, 105, 127 et 133mm. L’avantage du calibre léger, qui échange de la puissance pour, en générale, de la vitesse, est compensé en plus par le nombre : Littorio possède le plus de tourelles d’AA lourde, mais toutes sont des canons simples, ce qui lui fait envoyer au final moins d’obus vers le ciel en une volée que les autres nations. Reste à savoir si les 90mm valent cette légère différence. En terme d’AA intermédiaire, Littorio brille en nombre, proche de Bismarck, derrière uniquement KGV ; mais pour cette dernière, il faut prendre en compte que le nombre très grand de 40mm compense à peine le fait que c’était la seul AA vraiment fonctionnel sur le navire à l’époque, car elle ne possède ni légère, ni lourde, et que les 133mm étaient à peu prêt aussi efficaces que les rocket. En termes d’AA légère, Littorio a un nombre dans la moyenne : supérieur à ce que se trouve en Europe, inférieur à ce qui se trouve dans le Pacifique. Pour résumé : Question nombre est répartition, l’AA de Littorio est équilibrée et correctement étalée sur les différents calibres avec comme seul vrai manque aucun calibre de plus de 100mm que les 90mm pourront peut-être tenter de combler s’ils sont efficaces. Il est cependant important de rappeler que c’est une étude de début de guerre, et que Littorio n’ayant jamais vu son AA se moderniser, sa valeur anti-aérienne dégringolera au fil du temps pour ne finalement plus valoir grand-chose en 1943. A bord du Littorio, été 1940. Des 20/ Breda Mod 35 (arrière plan, à droite), des 37/54 Breda Mod 38 (premier plan), des 90/50 OTO Mod 39 (canons blancs, gauche) peuvent être vus ainsi qu'une partie d'un canon de 152mm ii- Les 20/65 Breda Mod 35 Parlons un peu des 20mm Italiens. Je vais évidemment comparer quelques stats, mais contrairement aux gros canons qui nous donnent assez pour nous faire une opinion personnelle, ces petits bêtes ont généralement plein de détails qu’on ne peut connaitre qu’en se fier au jugement qualitatif d’autres sources. Par exemple, les 28mm US et 25mm IJN avaient, en début de guerre, des défauts similaires : rushé en production, ils étaient peu fiables, bloquaient souvent, et dans l’ensemble, ils étaient très peu efficaces – des défauts que ces nations, pendant la guerre, ont résolu de différentes manières, les américains en passant à l’Oerlikon, les japonais en développant des versions corrigées du même canon. Le meilleur de l’époque – point de vue personnel – est l’allemand 20/65 C/38 monté sur Bismarck, qui approchait plus ou moins les caractéristiques du bientôt-ultra-populaire Oerlikon en termes de vitesse de tir (220cpm en pratique, contre 100~120 pour les autres nations dont les 20mm Italiens), 4,9km de porté maximale avec une hauteur max de 3.7km – les valeurs effectives étant évidemment bien plus basses, à peine 910~1200m pour la visée manuelle. Sur ce dernier point, d’ailleurs, l’Oerlikon obtiendrait des valeurs identiques, qui n’étaient pas les meilleurs, puisque des canons comme les Japonais ou Italien atteignaient tout deux des valeurs de distance effectives au delà de 2km, et maximale encore plus grande (5.5km pour les Italien, jusquà 7.5km pour les Japonais). Ces deux derniers, cela dit en passant, partageaient leur vitesse de tir plus basse à cause d’un même « défaut », l’obligations de recharger les drums souvent pour cause de contenance très limité. Bon, et l’Italien dans tout ça ? Vitesse de tir correcte sans plus, une très bonne range d’engagement. Autre chose à dire ? Il se trouve que non. Les 20mm Italiens sont généralement classés quelque part entre « bons » et « très bons » pour leur calibre, certes derrières les Oerlikon mais pas de si loin, et tout de même parfaitement capables de remplir leur rôle et de le remplir bien ; ils ne possédaient pas de défauts connus et semblaient être à la fois fiables et efficaces. Ah, si, il y avait la durée de vie, 5000 coups, c’est pas la mort, ça n’apporte pas vraiment de malus au navire en lui-même, seulement un malus économique de coup de remplacement quand tu sais que les Oerlikon tenaient 9000 coups, les japonais 12000, et les allemands 22000. iii- Les 37/54 Breda Mod 38 Si on passe aux 37mm j’entends direct « Alors, ils étaient comment par rapport aux Bofors ? » eh bah, moisi, comme TOUT. C’est simple, les Bofors, qui étaient déjà en service en Suède depuis 1936 mais pas en UK/US avant 1942, étaient juste au dessus de tout ; ça sert pas à grand-chose de comparer n’importe quel canon d’avant avec eux, pasque dans ce cas tout était moisi avant. Alors pour rappel, un canons que ne valait pas le Bofors n’était pas forcément mauvais, c’est juste le Bofors qui était très très TRES bon. Mais du coup, entre eux, ça donne quoi ? On a grosso modo trois exemples à opposer à l’italien : les 37mm CAIL Français de 1933 ; les 37mm allemands C/30 extrêmement utilisés ; et évidemment les 40mm octuples anglais ou « Multiple Pom Pom », qui étaient un peu plus vieux. Contrairement aux 20/25/28mm, aucun des 37/40 n’était vraiment défectueux. Le plus gros défaut, c’était que le Français et l’allemand étaient des semi-automatiques chargés donc à la main, ce qui cause une RoF de 30/40cpm maximum, et en pratique, plus proche de 20cpm, ce qui les rendait vraiment pas adapté au combat anti-aérien en 39/40. Le canon anglais lui pouvais spammer à 90/100cpm malgré son age ; l’Italien avait carrément plusieurs modes à choisir, 60, 90 ou 120cpm – choisir une vitesse de tir plus lente conservant la durée de vie du canon (tiens, d’ailleurs, je crois que c’est le seul canon sur lequel ils ont implémenté une méthode pour augmenter sa durée de vie…) Le problème de l’anglais par contre c’était que son Age rendait pas mal de caractéristiques obsolètes : là où les distance de tir Françaises, allemandes et italiennes étaient similaires, entre 7.5km et 8.5km max, et 4km~4.8km effectif, avantage pour l’allemand, l’anglais lui atteignait un pauvre 3.5km max et effectivement n’était utile qu’en deçà d’1.1km ! ET je ne parle même pas de la vélocité : 800mps pour les Français et Italien, 1000mps pour les allemands, 530 pour les anglais. Les anglais et les Français savaient que leur canon arrivait en fin de vie et se sont mis à la recherche de modernisations. Les Français ont développé un nouveau 37mm, jamais mis en service hélas ; les anglais ont développé un nouveau projectile à haute vélocité (701mps). Hélas pour eux il fallait aussi modifier une grosse partie du canon pour le tirer, et le gain en vitesse et surtout en porté n’était pas énorme, n’amenant qu’à 1.5km effectif. Au final, les 37mm Italiens et Allemands étaient clairement en tête, et l’allemand serait définitivement premier si sa RoF n’était pas jusqu’à 4 fois inférieur à celle de l’Italien, ce qui faisait des 37mm de Breda l’un des meilleur canon AA de la catégorie intermédiaire de l’avant-guerre. Cependant, l’arrivée des Bofors pendant la guerre et – kudos aux allemands – le développement des 37mm KM42 et KM43 feraient une fois de plus tomber les Italien dans le classement au fur et à mesure que la guerre avancerait, faisant passer les 37mm de Breda de « très bon » à « bon » à « correct » et pour finir en 1943, « passable, sans plus ». iv- Les 90/50 OTO Mod 39 Un 90/50 OTO Mod 39 naval. Photographie d'Eugenio Vajna, Musée des Science de Milan AH. Les 90mm. Les FAMEUX 90mm. Pas forcément pour les bonnes raisons. Vous savez, pour des trucs comme Pugliese ou la dispersion des 381mm, je peux me contenter de rétablir une vérité dans le « milieu ». Quand je vous démontre que le truc était pas aussi horrible qu’on le décrit mais qu’il était « dans la norme », généralement ça passe pour une quantité de monde. Là par contre ça va pas être possible d’être modéré comme ça donc je vais le balancer tout de suite : Ces canons étaient absolument excellents. Vala. Insurgez vous un bon coup et puis ensuite je vais vous expliquer d’où viens la légende qu’ils étaient moisis. Les canons – le canon en lui-même, pas la tourelle – était excellent, et ça, on le sait parce que c’était exactement le même modèle que le 90mm italien terrestre qui a tant fait parler de lui et qui a continuer à servir après la guerre. Quand on parle de canons AA en général sans spécifier où quand comment, le classement il est simple : le meilleur léger il est suisse, c’est le 20mm Oerlikon. Le meilleur medium il est suédois, c’est le 40mm Bofors. Le meilleur lourd il est Italien, c’est le 90/53. Et le meilleur DP – honnêtement j’en sais rien, place your bets et un jour je comparerai les 100mm IJN, 127 US, 128 GE et les quelques british qui veulent s’y tenter, même si perso je met les paris sur le 100mm IJN si on compte pas la méthode de visée, sinon sur l’US. Bref. Quoi qu’il en soit, le 90mm italien était purement brillant, déjà de par l’incroyable précision de ses obus, ensuite sa RoF qui valait les meilleurs de l’époque (12 à 16 en fonction de l’équipage, pareil que les 127 US de l’époque), de sa range AA qui valait presque celle de canons de 40mm plus gros, et surtout de sa range effective beaucoup plus grande surtout grâce à sa précision. Du coup si le 90/53 était une arme si bonne sur terre, qu’est-ce qu’il s’est mal passé ? Deux choses. Déjà, une erreur partagée avec les canons terrestres, (encore une fois) les obus étaient défectueux. Ca, c’était un vrai problème, et quand ton obus se désintègre avant de toucher un avion c’pas pratique. Mais ça, ils l’ont corrigé très rapidement et le problème a complètement disparu avec les obus améliorés. Du coup ce défaut a été rapidement et promptement éradiqué. Le second « problème », c’était la tourelle elle-même. Son fameux système de stabilisation active, prétendument, tombait tout le temps en panne. Réponse : c’est VRAI. Ouais, je suis sérieux, il y avait ce gros défaut que ta stabilisation elle plante au pif quand de l’eau rentre dedans ou que t’as une onde de choc un peu trop forte. Mais par temps clair et tant qu’il n’y avait pas d’explosion proche des tourelles c’était un sacré avantage de précision. Oh, je vous entends d’ici « mais on peut pas se reposer sur une arme qui tombe en panne fréquemment ». Je sais, c’est mon argument principal pour dire que Mogador était moisie. Sauf que dans ce cas, si le système de stabilisation plante, j’ai envie de vous dire, on s’en fout royalement. Pensez à la chose comme ça : t’as un objet A, qui est le canon, qui est d’excellente qualité, un des meilleurs. Il va s’opposer à un objet B, un autre canon, de qualité égale ou moindre. Mais en plus t’as un système A’ qui est accroché à ton A et augmente tes performances. Tant que A+A’ est fonctionnel tu roules sur l’univers avec tes performances, et B fait pâle figure à côté. Maintenant, A’ est soudainement défectueux. Ca marche plus. Il te reste que A. De base, A est déjà supérieur à B. Alors certes, tu perds quand même un avantage considérable, mais tu restes plus efficace que B. Ou, dans le cas présent, même sans le système de stabilisation, le 90mm avait des performances en termes de précision/range supérieures à ce qui se faisait à l’époque. Mais est-ce qu’on peut ignorer un système défectueux ? Est-ce qu’il n’applique pas un « malus » de visé ? Nope. En fait, c’est pas pour rien que le système entier était activable et désactivable à volonté. Dans un endroit où il tombe toujours en panne (au hasard, Dulio et Doria), ça vaut pas le coup de l’avoir. Mais sur les Littorio, le système était à peu près fiable, donc il a été monté. Donc, gros avantage AA. Et dans le cas où il plantait, bah, on le désactive, on l’oublie, et on a quand même un avantage en AA. Juste moins gros. v- Conclusion sur l’AA Finalement le plus gros défaut de l’AA de Littorio c’est le suivant :… elle a jamais été modernisée. Donc si vous vous demandez celle qu’elle valait, voici la réponse : ça dépend de la date. En 1945 ? pas grand-chose. En 1943 ? Mouais, bof. Passable au plus. En 1942 ? Correct. En 1941 ? Bonne. En 39/40 ? Elle était très bonne, avec des 90mm brillants, des moyens et petits calibres entre bons et très bons que ce soit en range ou vitesse de tir, et le tout suffisamment réparti sur le navire et sur les calibre pour engager des cibles de tout coté à une large quantité de distance. Je la pitcherais même comme meilleure AA à la sortie de ce batch de cuirassé – ce qu’elle n’est pas resté longtemps bien sûr, mais tout de même. A la fin de la guerre c’est plus dur à dire, je sais pas vraiment où il faut la placer avec Yamato et Bismarck, mais dans le tiers bas quoi qu’il arrive (faute à la Suédoisification des alliés aussi. Suéde ftw). Une conclusion sur l’armement de Littorio : Arrivé à ce stade vous comprenez pourquoi j'ai découpé ce MONSTRE en trois parties xD Bref, la conclusion : Littorio a un armement excellent en 1940, et capable de se battre dans la norme en 1942. C’est difficile de la classer en raison de ses deux gros défauts : une puissance explosive moindre de la batterie principale et vitesse de tir correctes/lentes sur les secondaires/principaux. Mais elle a la précision et la pénétration pour challenger beaucoup de cuirassés là où d’autres de la série pourrons moins parce qu’ils ne pourront pas facilement passer l’armure (KGV & Bismarck), qu’ils auront des problèmes pour toucher précisément et vite (Richelieu), qu’ils auront des distances effectives défavorables (North Carolina & Bismarck). L’armement principal de Littorio la rend dangereuse à énormément de distance et quelque soit la cible. Son armement secondaire est moins merveilleux, mais sans être excellent, il est « bon » et fait son job « correctement ». Certes, les AP sont les seules vraiment viables au delà de 7km pour cause de dispersion, mais autrement c’est un canon qui fait ce qu’il est censé faire : attaquer les petits navires qui s’approchent trop prêt. Son armement anti-aérien est vraiment bon pour le pays et au travers de toutes les critiques. En 1940, il a l’avantage de l’équilibre, de la variété, de la distance et de l’efficacité, sans y perdre en défauts ou en sacrifiant certaines caractéristiques. Finalement, son AA n’a pas été mauvaise pendant la guerre, mais l’absence totale de modernisation a fait que son AAW excellent pour 40 était juste « correcte » en 42. Et encore, il était loin d’être inutile et représentait un vrai danger pour les avions. Il s’agit probablement, après tout ce que j’ai vu, du point le plus négligé du navire. Pugliese, les canons principaux, tous ces trucs ont leurs défauts ; de plus aucun cuirassé n’avait d’AA capable de le protéger d’une attaque aérienne complètement. Mais dire que l’AA italienne était mauvaise est le contraire de la vérité. Il est difficile d’en trouver une meilleure sur un cuirassé avant la guerre. Bref, maintenant vous avez eu une vue complète de la capacité offensive du navire. Dans l’article suivant : la vie de Littorio, la vie de Vittorio Veneto, et pour les fans de technique, quels obus, bombes, torpilles et autres sont susceptibles de percer son armure ? Est-elle extrêmement bien blindée ou bien a-t-elle un métal moisi qui laisserait passer du 305mm ? La réponse dans le prochain épisode !
  6. Captains, I want to congratulate the winners of our second Win Big With Signal Flags giveaway, we are happy we have so active community! Make good use of those! 50 winners of the Battleship Roma: 3000 winners of 10x Type 6 Camouflage: Action Stations!
  7. Hello, is it intended, that the Roma is missing the lifeboats, planes and trucks that clutter the deck ingame? In the harbor everything is there. Where to report this bug?
  8. Littorio class - Principal Technical Characteristics* Displacement (tonnes): standard 41,650, light load 44,050, full load 46,215 (Roma) Dimensions (metres): overall lenght 238.8 (Roma); waterline 232.4; between perpendiculars 234.5 overall width 32.9; waterline 32.4 average draught under full load 10.5; under light load 9.8 Machinery: Eight Yarrow boilers with angled water tubes, with superheating Four Belluzzo geared turbine groups, simple reduction Four three-bladed propellers; three rudders, one main and two auxiliary output at normal speed at full power = 133,000 hp output developed during trials: 139,561 hp (Littorio), 134,616 hp (Veneto) Speed: maximum 29 at full load (trials Littorio 31.2 at 41,782 tonnes; Veneto 31.4 at 41,900 tonnes) Range (miles/at knots): 4,580/16; 3,920/20; 1,770/30 with 4,000 tonnes of fuel Armour (mm): maximum vertical, at waterline 350 (composite 70 + 280); maximum horizontal 207; tower 260; main gun turrets 380-350; medium calibre turrets 280-150 Underwater protection: Pugliese "absorbing cylinder" system Armament (mm) Nine 381/50 guns in triple turrets Twelve 152/55 guns in four triple turrets Four 120/40 guns for illumination rounds in single shielded mounts Twelve 90/50 anti-aircraft guns in stabilised single turrets Twenty 37/54 guns in eight twin mounts and four single mounts Twenty 20/65 guns in ten twin mounts (from 1942: Roma twenty-eight in fourteen mounts) One traversing catapult, at the stern, and three aircraft (three Ro 43 floatplanes; from the end of 1942: two or one Ro 43 and one or two Re 2000 GA fighters) Radar: Type EC 3/ter "Gufo" (Roma, one from June 1943) Crew: normal complement 1,866 (comprising 92 officers, 122 warrant officers, 12 civilians, 134 petty officers, 1,506 seamen) *Technical data based on the book: The Littorio Class: Italy's Last and Largest Battleships 1937-1948 by Erminio Bagnasco and Augusto de Toro
  9. Have a look at the Roma in port view and then in game. There is a truck, car and lifeboats detailed on the ship. They are missing ingame. The lifeboat mounts are empty on both sides and the truck and car is gone. Please fix that, I need that truck for doing the Notser.
  10. I dont mind either, I am a seasoned player, over 4k battles, I can play ships to their strengths quite easily. Either one is great, but I wanted to know which one I should get first? I am thinking Roma right now and then Alabama but wanted others opinions. Any input is appreciated thank you. I already have the Missouri btw. So I dont need them for earning credits, I just want a nice tier 8 premium battleship to play and enjoy. I will eventually get them both, but I just want to know which one to get first. Also, I have 14 out of the 17 tier X's that are currently in the game, so I am experienced. Feel free to check my stats to see what I am good in to help you make a decision and help me decide.
  11. Bbqparty

    Roma does not live up to the hype

    First of all I played it atleast 30 games in it and I have to say it makes Bismarck look like a high accuracy sniper and makes NC feel like it has german turtleback. I bought the Roma as soon as it got released and I regret it heavly. It's the worst tier 8 battleship in game. I will speak about the good and it will be a short one. The good is Armor is good, that's it. I will give my reasons why concealment and mobility are not good in Roma later, they are not the best compared to other ships anyways. So the armor is if you sit bow in you are literally immune, a bit more then NC is, and unlike NC you can't shoot anything because guns just suck but you tank well nose in. Play like NC and you will be fine but if you show a slight broadside, you'r going to die, even CAs can heavily punish your broadside with constant citadel hits, it's really easy to citadel a broadside Roma, TL;DR of what's written below = Guns are trollish, you can't hit anything and if you get good RNG and actually hit, all your hits are going to be overpens Let's speak about guns. The guns are headsplitting the range is worst in tier 8 it's so pathetic it would be still bad in tier 7 Reload is worst in 380mm category, dispersion is the worst, having highest velocity pushes written dispersion number beyond that point and it really makes Roma a shotgun with high reload that lacks a punch. Forget about punishing dds who come in close range to you, you can't even hit battleships in close range if RNG decides so, A Bismarck rushed me behind an island in ranked today I aimed slightly above waterline I didn't even except I was going to miss but most shells somehow managed to fly up to superstructure the others landed on water some even fell behind Bismarck and I was locked on Bismarck the range was 6kms and he was full broadside. Even the guy got suprised and asked in chat how did you manage to do this shot, some other guy in NC replied RNG it happens but let me tell you it just happens in ROMA. Things like this happens all the time especially against cruisers so just forget about goddamn dds. Another thing is that high velocity is not an advantage for roma. Forget about islands you are never going to shoot above them your maximum range is pathetic, it's a shame though, that velocity was what gave historical Roma a fire range comparable to that of Yamato. In game worst range and high velocity just doesn't mix very well combined with worst dispersion in tier with 380mms yea you get the idea. Another huge disadvantage for high velocity is that you just overpen and overpen and overpen and overpen there is no end to it. Your guns are already terrible at hitting targets and when RNG gods finally decide to give you some hits they are all going to be Overpens, divine comedy.. In brawling situations you even overpen battleship citadels it's ridiculous. Atleast I managed to score 2 citadels on a broadside Tirpitz from 4.5km range by targeting at waterline, I have no idea how in the world that happened. Now I will speak about why concealment and mobility are not that good for Roma. On paper Roma loses only to Monarch in concealment so concealment is actually great, speed is avarage falls behind germans, ties with amagi and is better then monarch/nc/alabama , Turning radius too is avarage it's below Monarch/Alaba/NC higher then Bismarck/Amagi/Tirpitz. But why they are not enough for Roma? Because guns basically..Great concealment is the only thing that makes you able to use your pathetic 18km maximum range and because you hang around close quarters your mobility is the only thing that can get you of danger, so all your advantages are actually being there to coverup your big worst in tier weaknesses and they are not enough. You will still find yourself in trouble because of the guns, you can't even hit a broadside cruiser rushing at you, what use your mobility has now? Concealment is something other players can play around once they spotted your location so it's just good for suprise attacks when they don't know where you are. Brawling is really tough too, forget about cruisers and dds, all other BBs in the game have better tools to kill you in close quarters, You just a have very huge citadel and very inconsistent guns with 90mm secondaries that just shatter. I could speak a lot more but I'm really frustrated by how bad this ship is, should have bought Tirpitz . All those STs/CCs praised it , not counting Flamuu and LitttleWhiteMouse they reviewed the whole bad stuff about the ships, but I guess they were very generous on final verdicts Roma is just a worse NC/Alabama in every possible way and is one of the most expensive premiums. I expected so much more from this beautiful ship. So disappointing
  12. how is it possible that this went through without any notice ? @Crysantos i wondered why my turrets gets knocked out that often .... this applies as well for yamato didnt had the blood pressure for checking other ships Srsly, this is not what i paid for, what now WG ?
  13. ImperialAdmiral

    Roma's gun fragility

    Every game Roma's guns break 2-3 times per game. Even hit by 203mm shells breaks them. PM doesn't help much. Is it intentional or bug?
  14. Cardinal_Richelieu

    RN Roma

    Ich möchte euch hiermit die RN Roma vorstellen, auf WG News wurde im Artikel „Pläne für World of Warships aus dem russischen WoT Magazin“ folgendes geschrieben: Im russischen WoT Magazin gab es einen Beitrag über Warships, bezüglich Plänen für dieses Jahr. Das ganze wurde von nps auf Englisch übersetzt und im Warships Reddit gepostet. Das sind die Infos, die stellenweise auch bereits auf dem WG Fest bestätigt wurden. Neue Premiumschiffe: Graf Zeppelin Stufe VIII italienisches BB Roma Aber zuerst Stufe VIII BB Alabama Und da sich die Seite WG-News.com als vertrauenswürdig bewiesen hat, finde ich das es Zeit ist euch mal ein bisschen „Heiß“ zu machen für diese kommende Schönheit aus Italien. Schiffsdaten: Wasserverdrängung: Standard: 43.624 ts Maximal: 45.752 ts Länge ü. a.: 240,7 m Breite: 33 m Tiefgang: 10,5 m Maschinenanlage: 8 ölgefeuerte Dampfkessel 4 Satz Belluzzo-Dampfturbinen mit 139.561 WPS über Einfachgetriebe auf 4 Schrauben Geschwindigkeit: 31,4 Knoten Besatzung: 1.920 Offiziere und Mannschaften Panzerung Vertikal: 350 mm Horizontal: 207 mm Artillerie: 350 mm Aufbauten: 260 mm Bewaffnung: 9 × 38,1 cm Geschütze (3×3) 666 Schuss an Bord 12 × 15,2 cm Geschütze (4×3) 2520 Schuss an Bord 12 × 90 mm Flak (12×1) 5842 Schuss an Bord 40 × 37 mm Flak (20×2) 30.000 Schuss an Bord 60 × 20 mm Flak (30×2) ca. 40.000 Schuss an Bord 4 x 12 cm K L/40 in Einzellafetten (zur Gefechtsfeldbeleuchtung) 240 Schuss an Bord Radar: Ab Oktober 1942 zwei EC-3ter (Gufo) Radargeräte Flugzeug: 3 Ro-34 ab November 1942 2 Ro-34 und eine Re-2000 Panzerung: Die Aufteilung der SA auf drei Türme bewirkte eine ca. 149 m lange Zitadelle. Für diese Schiffe wollte man im Hinblick auf die zunehmende steiler einfallende Geschosseinfallwinkel und der zunehmenden Wirkung von Flugzeugbomben ein besonders wirkungsvolles Schutzsystem entwickeln. Die Außenhaut war so gestaltet, dass sie eine Art Schutzwulst bildete; auf ihrer Einschnürung ruhte der schwere Seitenpanzer. Bemerkenswert war auch der Seitenpanzerschutz gestaltet, Seine Dicke erreichte 350 mm; dadurch, dass er um 14 Grad nach außen geneigt war, wurde seine Widerstandsfähigkeit noch erhöht. Seine Breite belief sich auf 4,2 m, davon befand sich 08,5 m unterhalb der KWL (Kielwasserlinie). Dieser Seitenpanzer war in Sandwichbauweise gefertigt: Der auf der Außenhaut verbolzten 280 mm dicken Lage aus KC-Panzer folgte eine 50 mm dicke Holzlage und auf diese wiederum eine 10 mm dicke Platte aus normalen Schiffsbaustahl, auf die eine 70 mm dicke AOD-Panzerplatte (Acciaio Imogemeo Duro (homogener Hartstahl))als äußere Abschluss folgte. Das sollte bei schweren Geschosstreffern zu einem Elastizitätseffekt führen, um das Durchschlagen zu verhindern bzw. die Durchschlagskraft zu schwächen. Hinter dem schweren Seitenpanzer folgte in 1,40 m Abstand und in gleicher Breite ein Panzerlängsschott von 36 mm Dicke; diese hatte die gleiche Neigung und sollte Geschosssplitter und etwa heraus gesprengte Teile des Panzers auffangen. Dahinter verlief in 4,25 m mittlerem Abstand und in entgegengesetzter Richtung geneigtes 2 Panzerlängsschott von 24 mm Dicke. Beide Panzerungslängsschotts ruhten auf dem Torpedoschott und stießen gegen das Hauptpanzerdeck. Dadurch wurde ein Art von gepanzertem Luftkasten gebildet. Das sollte zusätzliche Auftriebskräfte bei de Treffern oder Leckagen bringen. Der wachsenden Gefährdungen aus der Luft war durch drei Panzerdecks Rechnung getragen mit einer Gesamtdicke im Zitadellbereich 207 mm. Achterlich von Turm C wich der Seitenpanzer in das Innenschiff zurück, wobei er die Gestalt einer Panzerdeckböschung erhielt, dadurch wurde ein gepanzerter Kasten über der Rudermaschinenräume gebildet. Das Gesamtpanzergewicht betrug 13.545 Tonnen. Pugliese-Torpedoverteidigungssystem: Das System bestand aus einem großen Zylinder, der mit kleinen wasserdichten Röhren gefüllt war und in der jeweils äußersten Kammer des Schiffsrumpfes angebracht wurde. Der Theorie zufolge würde die von der Explosion eines Torpedos erzeugte Druckwelle den großen Zylinder zerstören und dabei ihre Energie verbrauchen. Der Großteil der im Zylinder enthaltenen Röhren sollte intakt bleiben und die Überflutung der getroffenen Abteilung begrenzen, da das Wasser nicht in die Röhren eindringen konnte. In der Praxis jedoch blieb der Zylinder intakt, denn die Druckwelle einer Explosion nahm den Weg des geringsten Widerstands um den Zylinder herum und wurde so mit voller Wucht auf das Schott an der Innenseite der Kammer geleitet. Dieses Schott war jedoch konkav geformt, da es an die Form des Zylinders angepasst sein musste, um diesen in seiner Position zu halten. Dies war die ungünstigste Form, um einer Druckwelle standzuhalten, ähnlich einem falsch herum gebauten Staudamm wurde die gesamte Energie auf einen Punkt fokussiert, was zum Bruch des Schotts und Wassereinbruch in die dahinter liegenden Abteilungen führte. Diese „Weiterleitung“ der Wucht einer Torpedoexplosion machte das gesamte System schlimmer als nur nutzlos. Während selbst die älteren Schlachtschiffe aller Nationen meist zwei bis drei Torpedotreffer verkraften konnten, gerieten die italienischen schon durch einen einzigen Treffer in tödliche Gefahr. Da das System nicht ohne einen massiven Umbau zu ersetzen war, mussten die italienischen Schlachtschiffe im gesamten Krieg mit diesem Nachteil ins Gefecht gehen. Zusätzlich verbrauchte das System ein relativ großes Volumen, das nicht anderweitig verwendet werden konnte. Dies war ein Nachteil gegenüber konventionellen Torpedoverteidigungssystemen, die aus einer Mischung leerer und mit Flüssigkeit gefüllter hintereinander liegender Abteilungen bestanden und bei denen die mit Flüssigkeit gefüllten Abteilungen als Treibstoffbunker verwendet werden konnten (die Kammern wurden bei Verbrauch des Treibstoffs mit Wasser aufgefüllt).(Aus Wiki entliehen) Hauptbewaffung: Bezeichnung 381 mm/50 (15") Model 1934 Gewicht 111,664 kg Länge (20.720 m) Kammervolumen 456.22 dm3 Feuerrate 1.3 Schuss pro Minute Richtwinkel des Geschützes Reichweite Aufschlagsgeschwindigkeit Einfallswinkel 4.3 Grad 10.000 m 687 mps 5.0 7.2 Grad 15.000 m 620 mps 8.7 10.6 Grad 20.000 m 563 mps 13.4 14.5 Grad 25.000 m 524 mps 19.3 19.2 Grad 32.000 m 498 mps 26.1 24.7 Grad 35.000 m 483 mps 37.6 35.0 Grad 42.260 m --- --- 36.0 Grad 42.800 m --- --- AP Penetration mit (885 kg) APC Geschoss Entfernung Seitenpanzerdicke Deckspanzer 19.000 m 416 mm 67 mm 20.000 m 402 mm 74 mm 24.000 m 348 mm 105 mm 26.000 m 325 mm 124 mm So vorteilhaft sich die Parameter der 38,1 cm ansahen, so sehr wog ihr Nachteil: Es war dies, die viel zu rasche Rohrabnutzung , die stetig steigende Streuung der Salven bewirkte. Ihre Lebensdauer lag bei etwa 120 Schuss, halb so viel wie bei vergleichbaren Geschützen französischer und deutscher Schlachtschiffe. Vorgeschichte: Als letztes Schiff der Littorio-Klasse wurde die Roma im Jahre 1938 in Auftrag gegeben. Diese 2. Serie war als Antwort auf die 1935 lancierte französische Richelieu-Klasse gedacht, die wiederum selbst eine Antwort auf die 1934 in Bau gegebenen und 1940 fertiggestellten ersten zwei Schiffe der 1. Serie, der Littorio bzw. Vittorio Veneto, war. Diese zwei neuen Schlachtschiffe enthielten gegenüber den zwei älteren Einheiten einige Verbesserungen bezüglich Bugform, Seeeigenschaften, Rumpfstruktur, Panzerung, Feuerleitanlage, Kommandobrücke, Bordfluganlage, Kommunikationseinrichtungen und einigem mehr, so dass sie den modernsten Einheiten der anderen Marinen in nichts nachstanden oder ihnen voraus waren.Die Roma wurde 1938 auf der Werft Cantieri Riuniti dell'Adriatico in Triest auf Kiel gelegt. Der Stapellauf war am 9. Juni 1940, die Indienststellung erfolgte am 14. Juni 1942. Einsatzgeschichte und Untergang: Das neue Schlachtschiff am 14. Juni 1942 in die Regia Marina zu geführt. Sie kam am 21. August des gleichen Jahres in die große Marinebasis von Taranto und wurde der Neunten Marineabteilung zugeteilt. Obwohl Roma an Trainingsübungen teilnahm und in verschiedenen Basen wie Taranto, Neapel und La Spezia verlegt wurde, ging sie in keinen Kampfeinsätze, da die italienische Marine unter Treibstoff mangle litt. In Verbindung mit einem Mangel an Begleitschiffen, um die Schlachtschiffe zu begleiten, war das Kampfpotenzial der italienischen Marine praktisch nicht vorhanden.Roma und ihre beiden Schwestern wurden von Taranto nach Neapel am 12. November als Reaktion auf die alliierte Invasion in Nordafrika verlegt; Während der Fahrt wurden die drei Schlachtschiffe von dem britischen U-Boot HMS Umbra angegriffen, dieses erzielte jedoch keinen Treffer. Am 4. Dezember starteten die Vereinigten Staaten einen großen Luftangriff auf Neapel in einem Versuch, die italienische Flotte zu zerstören; Ein Kreuzer wurde zerstört und zwei andere wurden bei dem Angriff beschädigt, ebenso wie vier Zerstörer. Zwei Tage später wurde die Roma mit Vittorio Veneto und Littorio nach La Spezia verlegt, wo sie die Flugabwehr verstärken sollten. Sie blieben hier in der ersten Hälfte des Jahres 1943, ohne an irgendwelche Operationen teilzunehmen.Während dieser Zeit wurde La Spezia viele Male von alliierten Bombergruppen angegriffen. Bei den Angriffe am 14. und 19. April 1943 wurde die Roma nicht getroffen, aber bei einem amerikanischer angriff am 5. Juni schwer beschädigt. B-17 Flugzeuge mit 908 kg (2,002 Pfund) AP Bomben beschädigt das im Hafen liegende Schlachtschiff mit je zwei Bomben. Das Schiff fing an, Wasser durch die so verursachten Lecks aufzunehmen und 2.390 t Wasser traten in das Schiff ein.Die Roma wurde von zwei Bomben in einem erneuten Angriff am 23.-24. Juni wieder beschädigt. Dieser Angriff hat die Roma nicht ernsthaft beschädigt oder verursacht keine Überschwemmungen, aber sie fuhr doch nach Genua für Reparaturen. Roma erreichte die Stadt am 1. Juli und kehrte am 13. August nach La Spezia zurück, sobald Reparaturen abgeschlossen waren. Zusammen mit vielen der Haupteinheiten der italienischen Flotte - darunter Vittorio Veneto und Italia (die Ex-Littorio), die Kreuzer Eugenio di Savoia, Raimondo Montecuccoli und Emanuele Filiberto Duca d'Aosta und acht Zerstörer, lief die Roma von La Spezia mit Adone Del Cima als Kapitän und auch als Flaggschiff des Admirals Carlo Bergamini am 9. September 1943 aus, einen Tag nach der Proklamation des italienischen Waffenstillstandes von 1943. Mit drei weiteren Kreuzern aus Genua, Duca degli Abruzzi, Giuseppe Garibaldi und Attilio Regolo fuhren die Flotte zuerst in Richtung Salerno als Ablenkung, um die Deutschen davon zu überzeugen, dass sie die alliierten Schiffe angreifen würden, die im Rahmen der Operation Avalanche an der Invasion Italiens teilnahmen. Allerdings war die italienische Flotte tatsächlich auf den Weg zur britischen Insel Malta, um sich zu ergeben. Als Deutschland von der Finte erfuhr, schickte die Luftwaffe Dornier Do 217s mit Fritz X Funkgesteuerten Bomben, um die Schiffe anzugreifen. Diese Flugzeuge holten den Verband ein, als er in der Straße von Bonifacio war.Die Do 217s beobachteten die Flotte für einige Zeit, aber die italienische Flotte eröffnete kein Feuer, als sie sie sahen. Die Flugzeuge hielten Abstand zur Flotte, dass es unmöglich war, sie als Alliierte oder Deutsche zu identifizieren, und Bergamini glaubte, dass sie die Luftdeckung waren, die ihnen von den Alliierten versprochen wurde. Als die Do´s jedoch ein Angriff auf die Italia und die Roma um 15:37 Uhr eröffnete die Flotte das Feuer der Flakbatterien und begannen mit Ausweichmanöver. Etwa fünfzehn Minuten danach wurde Italien auf die Steuerbordseite unter ihren vorderen Türmen getroffen, während Roma auf der gleichen Seite getroffen wurde. Diese Bombe ging durch das Schiff und explodierte unter dem Kiel des Schiffes und beschädigte die Rumpf-Träger und Wasser drang in den Maschinenraum und in zwei Kesselräume ein. Die Überschwemmung stoppte die innen liegenden Propeller, und verursachte in der hinteren Hälfte des Schiffes mehrere Brände.Die Roma begann Geschwindigkeit zu verlieren und aus der Kampfgruppe zu fallen. Um 15:50 Uhr schlug die zweite Bombe zwischen dem Kommandoturm und dem zweiten vorderen Hauptgeschützturm (Turm Nr. 2) ein. Durch den Treffer explodierte das vordere Hauptmagazin, die Wucht der Explosion war so stark, dass der 1500 t schwere Turm Nr. 2 weggesprengt wurde. Kurz darauf kenterte die Roma, zerbrach in zwei Teile und versank. Von der Besatzung überlebten 596 Mann (laut italienischem Marinebericht von 2012 waren es 622). 1393 Besatzungsmitglieder, darunter Admiral Bergamini, gingen mit dem Schiff unter. Das Wrack: Das versunkene Schiff wurde im Juni 2012 vom Unterwasser-Roboter 'Pluto Palla' gefunden. Es wurde ungefähr 30 km von der Nordküste Sardiniens in einer Tiefe von rund 1.000 m entdeckt. Am 10. September 2012 fand eine Gedenkfeier an Bord einer italienischen Fregatte statt, an der Stelle wo die Roma unterging.
  15. MrSuicideBunny

    [Regia Marina] Roma

    Bonjour à tous, Je vous prierai d'être indulgents si ce post est dans la mauvaise catégorie, et de bien vouloir le déplacer / m'indiquer la manipulation :) Je voulais connaître les ressentis (objectifs au possible, pas de "ouai c'est nul" "ouai c'est trop bien") quant à ceux qui ont pu tester le cuirassé Roma. Aussi, si quelqu'un pouvait m'indiquer à la louche la probable date de sortie de ce magnifique navire, je lui en serai reconnaissant !! :) PS : Pas la peine de me décourager de le prendre, je suis passionné d'histoire et jouant beaucoup à wows en ce moment je pense sérieusement à me prendre ce que je considère comme un des plus beau cuirassé ayant existé ! La grâce à l'italienne haha (on met à part la politique qui n'a rien à faire ici !) Merci pour votre retour !
  16. Capitaines, De nouveaux navires sont détectés à l'horizon ! Prévisualisation A Le nouveau cuirassé Italien, le Roma, est prêt à imposer sa domination sur les mers ! Prévisualisation B Le King George V est déjà présent dans le jeu. L'heure est venue de rajouter sont frère ! Qu'en pensez-vous?
  17. puxflacet

    another italian beauty on the way?

    stats are here: https://thedailybounce.net/2017/08/29/upcoming-tier-v-italian-premium-battleship-giulio-cesare/ gamemodels3d stats + model details:
×