Jump to content

Search the Community

Showing results for tags 'LL'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Forum
    • English Speaking Forum
    • Deutschsprachige Community
    • Polska Społeczność
    • Česká a slovenská komunita
    • Communauté francophone
    • Comunità Italiana
    • Comunidad de habla española
    • Türkçe Topluluk
  • Mod Section
    • Rules, Announcements and General Discussion (English)
    • Modding Tutorials, Guides and Tools (English)
    • Interface Mods
    • Visual Mods
    • Sound Mods
    • Modpacks
    • Other Mods and Programs
    • Archive
  • Historical Section

Calendars

  • Community Calendar
  • This Day in History

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


AIM


MSN


Website URL


ICQ


Yahoo


Jabber


Skype


Twitter


Location


Interests

Found 2 results

  1. Le mois touchait à sa fin. Au dessus du Brooklyn Bridge, l'une des dernières lunes de février - une gibbeuse croissante qui serait pleine trois nuits plus tard, tout au plus - brillait d'une lueur éclatante. Sa lumière se réverbérait sur l'eau de l'East River ainsi que dans les quelques flocons éparses. Malgré l'heure trop avancée, les éclats et reflets permettaient d'y voir clairement ; de plus, les illuminations colorées de New York renvoyaient une ambiance vivante, festive. La légende voudrait que cette ville ne dorme jamais ; que l'activité y soit toujours à son comble. Et en effet, on pouvait entendre toutes sortes de bruits venant de toutes les directions, de prêt et de loin, trahissant du mouvement. Néanmoins, la rivière, elle, était calme. En tout et pour tout, un seul navire fendait ses eaux, très lentement, s'avançant sans se presser le monde du monde en direction du large. Quelques curieux sur les rives l'observaient avec intérêt. Il faut dire que ça n'était pas le genre de chose qu'on voyait tous les jours. Certes, une certaine quantité de navires, des destroyers aux porte-avions, transitait par là de temps à autre. Mais là, c'était autre chose. Celui-ci avait une certaine majesté qui le faisait se distinguer des autres. Il n'avait pas vraiment de design spécial ou quoi que ce soit qui puisse aider un novice à le différencier, et pourtant en émanait l'aura d'une légende. Peut-être était-ce à cause de son allure, simple mais efficace, lisse et agréable, paroxysme de tous les essais et succès passés. Ou bien, à cause de son nom, auquel il se devrait de faire honneur – car on ne peut se permettre de salir un nom aussi légendaire. Son capitaine se le promit. Assis au bord du pont, à la proue, sur le coté tribord du navire, les jambes se balançant mollement au dessus de l'eau, il fixait les lumières de la ville. Il n'était pas seul. Quelqu'un marchait derrière lui. « Assez impressionnant, non? Fit celle personne. -De quoi tu parles ? Demanda Last sans se retourner. Tu en as déjà vu. Sheep a la sienne depuis le premier janvier. -Ouais, mais Sheep, c'est Sheep, répliqua l'autre. Ça n'est même pas impressionnant qu'il mette ses mains sur ce navire, c'est juste... normal. -Je sais pas si je dois prendre ça comme un compliment ou comme un insulte... -Tu sais très bien ce que je veux dire. Sheep se balade en porte-avion tout le temps. Toi, t'es plus branché destroyers, alors c'est plus impressionnant. Je m'attendais à ce que tu chopes Gearing ou Khabarovsk en premier. -Cette fois, je ne sais pas ce qui est le plus curieux, que tu ais évité de mentionner Shimakaze, ou que tu ais purement oublié Z-52...» L'autre ne répondit pas. Lassé, Last se retourna enfin pour faire face à Verdandi. «Tu sais, le premier navire que j'ai commandé était russe. -Ouais, c'est Gremy me semble. -Mais, continua-t-il, si on parle en termes de gravir les échelons, j'ai commencé deux design à peu prêt en même temps. Les destroyers de fabrication japonaise, et les porte-avions conçus aux Etats-Unis. Il est largement plus légitime pour moi de me voir octroyer le droit de commander celle-là plutôt que Geary ou Khaba. -Ca fait sens, j'imagine. Qu'est-ce que t'as fait d'Essex ? -Qu'est-ce que tu voulais que j'en fasse ? Répliqua Last, soudainement agacé. Vendu et démantelée. Pour autant que je l'ai aimée, je n'ai plus besoin d'elle maintenant.» Un silence suivit cette déclaration. «T'es sur les nerf, finit par dire l'autre capitaine. C'est la pression de rentrer dans la cours des grands, hein ? -La peur de perdre ? Non. Je n'ai pas peur de perdre et encore moins du ridicule. Si c'était le cas, je ne me serais même pas donné afin d'obtenir ce navire. -Alors, qu'est-ce que c'est ? -Sheep. Qui d'autre. -Ah. Ça t'as vraiment énervé, ce qu'il a dit, hein ? » Peut-être que le déclic fut le ton un poil sarcastique de Verdandi ou son petit sourire moqueur. Last se leva d'un bond et pointa l'autre bout du pont. « Qu'est-ce que tu vois ? Lança-t-il agressivement. -Des chasseurs. Des dizaines de chasseurs. -Exactement ! Quatre-vingt un Grumman F8F ! Quatre-vingt un des meilleures chasseurs qui existent ! Dès que j'ai eu ce rafiot c'est la première chose que j'ai acheté ! Tu verras, qu'il disait, c'est un bon bateau mais ça a peu d'impact sur le champ de bataille, même en strike ! Bah on va voir, si j'ai tout acheté pour rien ! On va voir, si Mademoiselle et ses Grumman sont inutiles !» Serrant les poings et baissant la tête, il ajouta à voix basse : « Ma Midway sera un ouragan qui causera autant d'explosions dans les airs que sur les mers... Elle mettra la pression sur ces deux flancs, aussi impossible que ce soit... Et quant à Sheep... je... » Un instant passa, muet, presque sourd, avant qu'il lève la tête et hurle à tout New York : « Je lui apprendrai personnellement que mes ouragans se finissent toujours par un Ciel Dégagé !» Quelques secondes plus tard, après avoir laissé le temps à ces mots de se graver dans les esprits avant de s'envoler dans les airs, il conclut en murmurant : "Ne lui dit pas que j'ai ça, s'il te plait". Verdandi jugea que Last avait dit ce qu'il avait et dire et se permit de reprendre la parole. « Bah t'es motivé. C'est cool. Du coup, on se met au boulot ? -De quoi tu parles ? » Avec un grand sourire, Verdandi désigna une digue non loin. Plusieurs containers très reconnaissables s'y entassaient. Des containers tous remplis de peinture. « C'est cadeau, fit-il. Par contre, c'est pas moi qui peint.»
  2. Les cerisiers japonais font probablement partie de l'une des merveilles que le pays du Soleil levant peut offrir à ses visiteurs. Une ambiance spécifique, subtile mariage entre réveil et empressement, marquant le début du printemps, est diffusée dans l'air par leurs pétales en explosion rose, capables de faire taire les rumeurs les plus macabres se terrant entre leurs racines. C'est dans ce paysage idyllique que le capitaine Starofsea courait à en perdre haleine, aspirant dans son sillages les quelques pétales qui flottaient paisiblement, sonnés devant une telle course. Certes, Star avait déjà vu cette scène maintes fois, mais la fleuraison des cerisiers est de ces moments dont on ne s'habitue jamais - et pourtant aujourd'hui, notre capitaine aurait probablement déraciné un cerisier pour raccourcir sa route, un tel arbre se fut-il trouvé sur son chemin. Star atteignit le port, par miracle sans s'étaler par terre ni renverser personne. Là, de nombreux navires s'inséraient dans l'autoroute que leur était le courant de Kuroshio, afin de rejoindre une zone de combat. Dans la guerre qu'ils menaient, la nation n'importait plus, et tout modèle, d'orient en occident, se côtoyaient au large, formant des escadrons autrefois improbables. A leur bord, comme dans le port, chacun allait de sa petite discussion, saturant les fréquences radios pour des débats inutiles. Sur la berge, on pouvait voir quelques capitaines siroter quelques boisson, racontant de leurs derniers succès. Plus loin, on distinguait navires, apparemment à l'arrêt côte à côte, sur lesquelles des officiers semblaient tenir une discussion animée d'un pont à l'autre, sans que la distance permette de dire exactement quelle était la nature de leur différent. On pouvait aussi voir, plus loin, un marin passer en revue un canon, visiblement neuf, qu'il devait avoir amélioré récemment, et dont il n'était pas peu fier, comme le trahissait son petit sourire satisfait. Ca et là, une multitude d'autres gens papillonnaient, s'affairant à leurs propres habitudes. Star trouva enfin l'homme qu'il cherchait et, sans préavis, se jeta devant lui."Alors ?" dit-il, à bout de souffle, sans s'embarrasser de formules de politesses. L'autre soupira longuement avant de répondre d'une voix nasillarde qui trahissait une certaine lassitude : "Vous êtes en avance de quatre minutes, capitaine Starofsea...-Quoi quatre ? Comment ça quatre ? Il est en retard ? Il lui est arrivé quelque chose ? débita Star d'une traite.-Non, capitaine, il arrivera dans quatre minutes exactement ici, alors si vous vouliez bien ne pas vous agripper à moi pendant ces quelques deux-cents quarante secondes, peut-être pourrais-je retourner à mes obligations ?"Un petit rire sonna derrière eux. Star se retourna, et son interlocuteur en profita pour s'éclipser, trop content que l'autre ait trouvé quelques chose pour se divertir pendant les minutes restantes."Alors comme ça, commença l'inconnu, on entre dans la cours des grands, hein ?"Le petit sourire, pas condescendant, mais subtilement impertinent, était la seule chose qui brillait plus que la série de médailles accrochées sur un torse fièrement bombé. L'uniforme et la coiffure étaient impeccables, attirant l'œil - et la jalousie - un peu plus que de raison. Pas de doute, il ne pouvait s'agir que d'une personne."Thisheep", fit Star, sans trop savoir comment réagir.Par principe, les membres de la Pantsu et de l'UFR avaient toujours une de ces relations compliquées qui se divisaient entre la volonté de s'allier et le désir de montrer sa supériorité. Ainsi, Star n'avait pas trop envie de se voir rappeler, en ce jour si crucial, qu'il entrait dans un monde où son talent serait mis à rude épreuve - et, si jamais il devait se souvenir de ce détail, il aurait préféré que ce ne soit pas de la bouche du chef des UFR en personne, lequel n'aurait jamais hésité, innocemment, à lui rappeler lequel des deux avait le plus de médailles dans la catégorie dans laquelle ils allaient bientôt se battre... "Tu es venus ici juste pour moi ? demanda Star.-Non, je passais simplement, mais j'ai entendu la nouvelle. Félicitation.-Oh... Merci.-Du coup, pour le précédent...?-Je l'ai gardé, répondit Star. Il m'a fallu des économies supplémentaires, mais je n'ai pas pu me résoudre à le vendre.-Ca se comprend. J'ai vu - avec des résultats pareils, difficile de se séparer...-Comment tu..." Star s'interrompit. Bien sûr, personne d'autre que Thisheep n'était mieux au courant de l'ensemble des capitaines de porte-avion du globe."Tiens, d'ailleurs, regarde qui arrive..."Star se retourna brusquement.Les vingt-quatre barillets de 100mm, ainsi que la multitude d'autres de plus petit calibres, tous brillant de mille feux sous le soleil d'avril, hérissaient les cotés d'un pont autrement immaculé et parfaitement plat, surmonté par 28 appareils flambant-neufs. Avec précision et grâce, le navire étincelant fendit le port en deux pour se rapprocher de son nouveau détenteur."Je ne m'en lasse pas non plus, soupira Sheep, coupant le blanc laissé par la béatitude de l'heureux capitaine à ses coté. Elle est magnifique..."Bien que plusieurs centaine de mètres séparaient encore Star de sa nouvelle possession, il avait envie de s'approcher et de poser sa main sur la coque, confirmer que ce n'était pas un mirage, que ce rêve était bel-et-bien réel..."Fais y attention. Hakuryu est rare est précieux, à entretenir autant qu'à fabriquer..."Soudain, l'autre se tourna vers Thisheep, s'arrachant à son nirvana improvisé."Aussi, continua le capitaine des UFR, je te préviens, Starofsea..."Et tout en se détournant et commençant à s'éloigner, il finit : "Aussi dommage que ça soit pour toi, je ne retiens ma puissance que contre les adversaires que je ne juge pas suffisamment doués pour m'affronter pleinement..." Star fixa un instant la direction dans laquelle Sheep s'en allait, puis un sourire se dessina sur son visage. "J'attendrais cette rencontre avec impatience" murmura-t-il en se retourna vers Hakuryu. Un nouveau navire dernière génération appareillait au port. Dans quelques heures, il rejoindrait le champ de bataille.Un nouveau capitaine de porte-avion entamait la dernière danse, et la plus mortelle. Dans quelques heures, il partirait au combat.Les moteurs s'ébranlèrent lentement. Star pris une grande inspiration, puis lança au large :"Hakuryu... SHUTSUGEKI SHIMASU !"
×