Orontess

Players
  • Content count

    266
  • Joined

  • Last visited

  • Battles

    1732

About Orontess

  • Rank
    Petty Officer
  • Birthday
  • Portal profile Orontess

Recent Profile Visitors

173 profile views
  1. C'est pour ça que j'ai parlé de Barbette pas de tourelle.
  2. Je dit oui, s'il lui mettent au minimum une cheminée à l'arrière, et la disposition historique de modification (27n 80000cv, un pont supérieure de 50mm pas de 30mm) + une DCA potable (car, là, elle est inexistante)
  3. Les chaudière avant et après la tourelle centrale que ça soit pour le Normandie comme pour le Lyon : Sinon sur le plan d'origine des Normandie (piètre qualité désolé) : on voit bien que toute les chaudière sont à l'avant et que vue la profondeur de la barbette centrale, il est impossible de faire passer les conduits de cheminées par là Donc oui, si chaudière à l'arrière, cheminées à l'arrière obligatoire. Minsk, ya un port là bas, c'est connut
  4. Je parlais des propositions historique de modernisation des Normandie avant leurs mise en service pas comment ils étaient prévue au départ (il ya juste eut une guerre entre). Voilà le lien si vous parlez anglais : https://stefsap.wordpress.com/2015/11/12/the-normandie-class-battleships-with-quadruple-turrets/ Par contre, c'est bien d'avoir un moteurs après la tourelle centrale mais vas falloir m’expliquer comment les conduits de cheminé passe à travers la barbette de celle-ci pour arriver dans la cheminé à l'avant de la dite tourelle , c'est tout bonnement impossible d'un point de vue architectural. Et soi-disant que WG a un architecte naval, je sais pas où il a eut son diplôme
  5. On ce demande surtout ou sont les moteurs (comme pour le Normandie) car entre la tourelle avant et la centrale, c'est pas pour dire mais y a pas beaucoup de place. A ce que je sais pour le Normandie il y a eut au final deux possibilités de modification : 60000cv (2 cheminées à l'avant de la tourelle centrale, 1 à l'arrière) 24n 80000cv (2 cheminées à l'avant de la tourelle centrale, 2 à l'arrière) 27n Ils ont tout les deux un pont blindé inférieure de 120m et un blindage de toit de 200mm; 210m de long; 29.7 de large; 31000t; 2tube lance torpille triple de 550 sur le pont et le mats tripode des Bretagne Il fut un temps envisagé de remplacé les tourelles quadruple de 340mm par des double de 400mm
  6. La stratégie de la Force de raide n'était valable que face à l'Allemagne seule, c'était de la chasse au corsaires plus qu'autre chose, et là la vitesse comptait (l'avantage stratégique dont je parlait). Ensuite le flotte française de l'entre de guerre (à l'exception d la classe Dunkerque qui était une réponse au cuirassé de poche allemand) était conçut pour le théâtre méditerranéen contre l'Italie. Il était dès lors fort probable (et même certain) qu'une bataille d'escadre arrive. C'est ce qui est d'ailleurs arriver entre les british et les ritales sur ce théâtre (Matapan et Punta Stilo). La seule raison a fait que ce n'a pas dégénéré est la pusillanimité des chefs italiens. Par contre la bataille du Détroit du Danemark et l’archétype de la bataille d'escadre (soit de très petite escadre). Pour continuer la bataille du Cap Nord (Duke of York vs Schramhorst) à une fois encore démontré la supériorité tactique du cuirassé sur le croiseur de bataille. Je rappelle aussi que le nombre de bataille d'escadre en croiseur a aussi été nombreuse dans le pacifique (Bataille de la mer de Java, Ile de Savo, Cap Espérance, entre autres ...) prouvant que les batailles d'escadre n'était en rien anachronique même à la fin de la guerre (Leypte). Sinon, tout bon soldat sait que les tactiques ne sont jamais réellement transposable ni qu'une alliance ne dure indéfiniment (Kébir en est l'exemple flagrant) et vue la durée de service d'un navire capital, il faut mieux qu'il soit le plus adaptable possible. Ensuite le cuirassé rapide est avant tout dut à une avancé technique qui a permis de faire des chaudières plus puissante (à haute pression) et compacte, pas à un réel choit de privilégier la vitesse (après entre le Yamato et le Iowa y a un monde).
  7. Ce que je voulais dire c'est que la vitesse n'apporte que trois gain tactique/statégique : la liberté de s'engager/désengager, une certaine liberté de positionnement et de choisir la distance d'engagement et ... c'est tout. De plus la vitesse peut être nullifier de divers façon : En combat d'escadre, la loi est de suivre la ligne sans esquiver pour permettre de croiser efficacement les feux, donc une escadre vas toujours au rythme du plus lent. La vitesse contrairement au blindage, se perd assez vite une fois le navire endommagé (une coque troué c'est rapidement beaucoup moins hydrodynamique et faut réduire l'allure si on veut pas agrandir le trou) et cela affecte toute l'escadre (un navire à la traine est toujours une proie facile). De plus, il faut mieux regrouper ses forces pour concentrer ses feux, l'une des erreurs des british au Jutland est que CB de Beatty était bien trop isolé en avant et donc à la merci de la flotte allemande bien plus proche donc capable de concentrer ses feux. Par exemple la flotte française à Kébir aurait été forcé d'aller à 20n max (vitesse du CommandantTest), la vitesse des Dunkerques auraient donc été bien inutile. Après Mers-el-Kébir et avant tout une affaire de politique interne Britannique, d'un Churchill qui par cela à obligé les parlementaires anglais à continuer la guerre (ils avaient plus le choix après s'être mis la France à dos). La flotte française n'en était qu'un moyen.
  8. On a vu l’efficacité du concept au Jutland Il faut pas non plus sortir du concept historique : les batailles se font par flotte non homogènes. Et la dite flotte doit toujours avancer à la vitesse de son élément le plus lent (Ex : les russes durant la guerre russo-japonaise) et la capacité/liberté de manœuvre individuel d'un navire lors d'un combat d'escadre est quasi-nul (notamment car tu ne peu difficilement viser et esquiver en même temps). De plus même une escadre homogène au départ finira par perdre sa vitesse du faite des navires endommagés donc plus lent, par contre elle ne perdra jamais son blindage. Et une bataille navale, ce n'est pas une escarmouche mais une affaire d'usure. Pour les chars, c'est pareil, tout est une affaire d'équilibre (le concept du MBT est de base celui d'un char équilibré). Si la vitesse est certes un avantage stratégique (et encore si la logistique suit), elle l'est beaucoup moins d'un point de vue tactique ou le blindage et l'armement du char prime. Le fiasco des chars cruiser (qu'il soit britannique ou soviétique) en est le meilleurs exemple. Tout les "contre-exemple" historiques, sont surtout du soit à l'âge/ l'état des matériels engager (plus vieux/user donc plus lent, entre autre) soit à la différence de qualité des optiques/équipage (il faut un équipage bien entrainer que ce soit pour esquiver/tirer en mouvement ou atteindre une cible en mouvement). Pour le Jean Bart, je ferais la remarque qu'il a été toucher en dehors des partie blindé du navire (ici plage arrière), les dégâts sont donc impressionnant mais en rien menaçant, la preuve il a continuer à tirer avec ... (si ça avait été sur la citadelle, les dégâts auraient été moindre, sinon nuls) Et puis n'importe quel navire qui ce fait surprendre aux ports et de facto désavantagé. Après entre 21 et 25.5n (différence entre le Dreadnought et l'invincible), la capacité d'esquive est proche. Mais entre 279 et 151mm de ceinture, la capacité de résistance et là quasi diviser par deux. De plus, il ne faut pas oublier non plus qu'un navire plus rapide et souvent une bien plus grosse cible (souvent plus long, notamment au niveau de la citadelle : 160 contre 172m et plus haut) et a un armement moins conséquent. Je rappelle aussi que les missiles et obus spéciaux sont un cauchemard logistique et financiés, et peuvent facilement être contrés par des contre-mesure à leurs système de guidage. De plus jusqu'à l'arrivé du 105mm L7, le blindage des T55/T10 se riaient des obus de l'OTAN comme plus tard le blindage composites des T64/T72/T80 ou Chotbam des Challenger/Abraham. Ce n'est que le combat de la lance et du bouclier qui continue, avec des avantages périodique de l'un et de l'autre. La vitesse n'est qu'une solution pour le pauvre d’essayer de se sortir de processus ruineux mais un matériel ancien sera toujours inférieurs à ceux construits pour le surpasser (c'est la principe de la course au armement).
  9. Le seul problème, c'est qu'en jeux tu arrivera toujours dans des situation ou tu devra montrer ton flanc : virage, multi-cible (c'est un BB pas un croiseur, c'est à toi d'encaisser les cibles). Et c'est là que le faible angle de battage entre en jeux, car tu es forcer d'ouvrir le flanc pour tirer une bordée (25° minimum) et face a plusieurs cible, ça peut être rapidement punitif. La vélocité des obus HE, n'est du qu'à leurs poids plus faible que les autres. Il s'en traduit in-game à la faible puissance de ceci. Je te rappelle aussi que mise à part les 152IFHE (qui son peu commun en tiers V, moins en tiers VI et VII qu'il rencontre), le pont est vulnérable aux 180 du Kirov et 203 du Furutaka au même tiers sans parler des tiers supérieurs. Ce n'est pas le cas du Kongo (38mm au dessus de la citadelle), ni de l'Iron Duke (44mm sur toute la longueur de la citadelle au niveau du pont des tourelles arrière, donc l'overpen de la citadelle t'oublie), c'est ce qui les rend si efficace contre les croiseurs par rapport aux autres BB (Konig et surtout ...New York). Et puis la réputation du New York est surtout du à sa fragilité face aux BB équiper de 380 et 406mm qui overpen du pont de la citadelle (25mm) au niveau des cheminé (modification de WG encore une fois), ce sont ses même calibres qui se joue du pont inférieure de l'Iron Duke (mais pas du supérieure) donc on a au minimum du 229 à traversé pour y arriver. Ensuite, je suis d'accord qu'il est impossible de pen les ponts plan, mais avec les obus de 356 jap ont un angle de chute de 7.5° dégré à 10km et de 12.4° à 15km et de 18.9° à 20km donc possible vue la portée des Kongo/Fuso. A ces angle là ton pont blindé est réduit à un angle de 22.5/17.6/11.1°, pour avoir de l'auto bounce, il faudra donc que t'anglé au minimum de 19,8/24,3/27.9°et tu pourra te faire attaquer par la ceinture au minimum (voir la casemate). Ensuite, je n'ai pas remit en cause l'éfficacité de la DCA du Bretagne.
  10. Si tu avait bien regarder mes différents tableau tu t'aurrait rendue compte que le Kongo, du point de vue de la citadelle n'a que concurrent plus solide que lui, le Konig à courte distance et le New York (tant qu'il ne rencontre pas de 380 ) à moyenne distance. Cette impression de fragilité est plus donné par sa taille que par son blindage (lui il a un pont incliné de 110mm à 45° ). Non, niveau solidité, il est proche de l'Iron Duke, en pire le plus souvent. Car, je me répète, l'angle de son pont incliné à été nerfé de 20 à 30° (et heureusement sinon c'était auto-bounce jusqu'à 10-12km) sans être compensé par une augmentation de celui-ci. De plus, le navire entier (sauf la citadelle) a été abaissé, ce qu'il fait qu'on a beaucoup plus facilement accès à la citadelle par les flanc supérieure non blindé. Tu veut une comparaison entre les deux : PV : Bretagne : 41700; ID : 47100 : victoire large du britannique Taille (IRL) : Bretagne : 166x26.9m; ID : 189.8x27.4m : La Bretagne offre une bien plus petite cible que sont homologue d'outre manche Portée/Visibilité : Bretagne : 18.48/15,3km; ID : 16,797/14.94km : sans commentaire Mobilité : si la Bretagne est (marginalement) plus agile que son concurrent la vitesse bien supérieure de ce dernier renverse la tendance Vitesse max : Bretagne : 21n; ID : 22.5n Rapport puissance/poids : Bretagne : 1.09cv/t; ID : 1.05cv/t Vitesse de basculement du gouvernail-rayon de giration : Bretagne : 16.28s-27.61m/n; ID : 17.28s-28.89m/n Batterie principale L'artillerie de la Bretagne ce fait dominer dans tout les domaines sauf ceux de la précision et de la portée : Précision : Sigma : 1.8 Dispersion horizontale/verticale : Bretagne 0.79/2.42%; ID : 0.94/3.05% Vitesse des obus AP-HE : Bretagne 780-921m/s; ID : 759m/s Chant de Battage de l'artillerie : AP : DPM : Bretagne : 190000; ID : 198000 Poids de l'obus : Bretagne : 585kg; ID : 685kg Coef Krupp : Bretagne : 2350; ID : 2031 HE : DPM alpha : Bretagne : 94000; ID : 118000 DPM résidu : Bretagne : 60800; ID : 83400 Incendie/minute : Bretagne : 5.2; ID : 8 Batterie secondaire : Ici mis à part le dpm alpha, la Bretagne est dominé dans tout les autres domaines particulièrement le taux d'incendie Valeur : Portée : 4,5km Sigma : 1 Dispersion horizontale/verticale à distance max: Bretagne 154/432m; ID : 158/478m Vitesse des obus AP-HE : Bretagne 840-780m/s; ID : 914-811m/s DPM alpha : Bretagne 264000+168000=432000; ID : 184184+240000=424184 DPM : Bretagne 69960+37200=107160; ID : 66138.8+49600=115738.8 Incendie minute : Bretagne 10.56+7.2=17.76; ID : 10.05+9.6=19.65 Chant de Battage de l'artillerie : DCA : Longue portée : Bretagne : 0.27dps à 5km; Iron Duke : 0.38dps à 5km Moyenne portée : Bretagne : 0.61dps à 3.5km; Iron Duke : 0.96dps à 2.5km Courte portée : Bretagne : 0.45dps à 3.1km; Iron Duke : 0.08dps à 1.2km Ici : victoire du Bretagne avec une excellente défense à moyenne portée, le British étant devant compter sur une meilleurs DCA lourde Protection : Blindage externe : Si la Bretagne offre une cible bien plus petite que son homologue et est sauvé par ses pont blindés, ceux-ci protège uniquement la citadelle (et encore pas plus que la protection de son concurrent au final), le reste du navire est facile à pénétrer. Il est donc globalement plus fragile que sont opposant brittanique. Emplacement des modules : Bien que l'Iron Duke soit bien plus grand que la Bretagne, la taille de leurs citadelle est équivalente, celle de la Bretagne est donc bien plus facile à trouver. De plus les module sont très vulnérable à l'HE du fait de leurs rapprochement. Le seul point positif est que les casier à munition sont bien mieux protéger que sur l'Iron Duke des torpilles notamant. En fonction de ses adversaires : Contre un BB : ses seul avantages réels sont sa petite taille et sa capacité à virer facilement (la précision n'en étant pas réellement une face à un adversaire de cette taille) Ceux qui me dise que sa portée en est un autre, on oublie une chose, au fur et à mesure que l'on s'éloigne, sa seule réel protection, le turtleback, perd de son efficacité et en plus il est attaquable à travers les ceintures supérieures moins épaisse. Rappelons aussi ses AP et HE faiblard qui ne sont pas très efficace face à d'autre BB. En plus de marquer le pas, il est incapable de décider de ses engagement (il a la plus basse vitesse du tiers) et le faible battage de ses pièces l'oblige à ouvrir le flanc (particulièrement vers l'arrière) le rendant d'autant plus vulnérable. Contre un Croiseur : Là sa précision lui est bénéfique, sa petite taille et sa capacité à viré quand à elles perde de l'importance. Autre point "positif" sa tourelle centrale est tournée en chasse et non en retraite. Ses pont supérieure ai été nerf de 40 à 30mm mes rend perçable par les 152IFHE et les 180/203HE sur toute sa longueur au contraire des Kongo/Iron Duke/OkRevolustsiya/Cesare. Il est compacte donc les HE rendront facilement inopérante plusieurs éléments. De plus sa faible vitesse le rend incapable de les poursuivre et il doit ouvrir les flanc pour donner de son artillerie. Contre un DD : Bonne précision et rapidité des HE, cependant ils font moins de dégats que les autres, cependant faible champs de tir de ceci. Les secondaires sont capable sans être impressionnantes. Petite taille et agile. Large citadelle mais magasins bien protégés. Une protection ASM pathétique (en quelle honneur?). Faible vitesse le rendant incapable de les chasser. Conclusion : ++Petite Taille ++Bonne portée ++Excellente Précision et célérité des obus HE ++Rayon de giration et vitesse du gouvernail très bon +Secondaire et DCA efficaces +Tourelles principale rapide +tourelle centrale tournée vers l'avant +citadelle basse -obus AP et HE peu efficaces -angle de battage de l'artillerie (secondaire et principale) faible -large citadelle -Protection de la citadelle peut efficace particulièrement à longue portée (nerf de l'angle du pont blindé de 20 à 30° et abaissement du navire) -sa compacité rend ses éléments très vulnérables -la ceinture blindé est abaissé (nerf), la majeur partie de ce qui est au dessus de la flottaison est le blindage de la batterie facilement perçable et non overpen --Totalité du pont vulnérable aux HE de 180/203mm ainsi qu'au IFHE de 152mm (nerf du toit batterie de 40 à 30mm) --Faible puissance moteur et vitesse (29000cv 21n au lieu de 43000cv 21.4n) --Pire protection ASM du tiers pour BB
  11. J'attend de voir, mais après la galinette et le Dunkerque (et B1 entre autre dans WOT), je me permet d'avoir des doutes quand je vois les stats. Après la prochaine fois que je croise un Gangut à courte portée, je lui tire dans les secondaire et on vois si il résiste
  12. Terminer ma comparaison des blindages des tiers V. analyse-et-comparaison-des-blindages-de-bb-par-tiers Vue le blindage prévue par WG, la Bretagne risque bien d'être au niveau de la solidité le pire BB régulier de ce tiers à toute distance (il a été nerfé à la hache de diverse façon). Quand on, c'est que au niveau de la mobilité et de la vitesse, c'est déjà le cas et qu'il est au mieux "moyen" du point de vue de l'artillerie (mis à part la portée). Donc le plus mauvais dans 2 catégorie sur 3 et que "moyen" dans le troisième. C'est pas les secondaires ou la taille qui vont équilibrer ça.
  13. Données de gamemodels3d.com, tous ce qui a d'officiel donc. J'ai été on ne peut plus neutre à ce niveau. Et pour les données historiques, j'ai été directement aux plans 3dhistory.de, neutre donc aussi de ce côté là.
  14. Rang V Présentation Historique Nous aurons ici deux analyses différentes, avant et après refonte dans une vision première et une seconde guerre mondiale. Commençons par une présentation de la tranche des BB : Points faible selon le BB : Ensuite Passons au blindage relatif selon la distance Distance d'engagement selon le Navire (il ne faut pas oublier que cela dépend de la ballistique des différents canons) : Présentation de la Version Wargaming Je rappelle que tout blindage inférieur à 21mm est purement ignorer par les obus d'un calibre supérieur à 305mm, je n'en tiendrait donc pas compte. Commençons par une présentation de la tranche des BB : Différence avec la réalité : Points faible selon le BB : Ensuite Passons au blindage relatif selon la distance Distance d'engagement selon le Navire (il ne faut pas oublier que cela dépend de la balistique des différents canons) : Voilà j'espère que ça aura apporter quelques chose et que ça aidera le jeu de certain. Mention spéciale pour l'Oktobriya Revolutsiya et la Bretagne dont la nerf est magnifique et au Konig dont l'amélioration est tout aussi importante. Suite au prochain épisode : le Tiers VI (quand j'aurais le temps)
  15. Pour avoir pas mal jouer en Entreprise, donc souvent face à du T X avec des avions T VII, tu fais mal mais même un Yamato isolé te bouffe tes escadrons, faudra à tout pris éviter les couvertures AA et attaquer en force. Sinon les 12 (14 avec la compétences adéquate) chasseurs tiers VIII, face à un Hakuryu non AS ça gagne facilement avec Dogfighting Expert ont ce retrouve à 75dps par chasseur en F4-U1.