Jump to content

LordWakasagihime

Players
  • Content Сount

    15
  • Joined

  • Last visited

  • Battles

    278

1 Follower

About LordWakasagihime

Recent Profile Visitors

92 profile views
  1. LordWakasagihime

    - Un numéro exceptionnel de "Los!"

    Pour les néophytes. Bien souvent, et en particulier pour les véhicules, tu peux trouver ce qui est dit dans un magazine Caraktère sur le net, suffit de rechercher deux minutes. L'histoire du Scharnhorst, tu peux la trouver facilement. Alors que dans la grande majorité des sujets de N&H ils abordent des sujets peu connus (Il n'y a pas longtemps ils avaient fait un excellent article sur les chasseurs de sous-marins français dans la campagne des Pays-Bas ou le début de la guerre navale en Corée: C'est déjà bien plus dur de ne trouver qu'une mention à ces navires et opérations sur le web). Et Wehraboo car ils reviennent toujours sur la même sujet, ce qui fait overhype les Wehraboo, justement: "Germany 1946", les prétendus projets Allemands de 1945. Faudrait compter, un jour, le nombre d'articles qu'ils ont dédié à la série des chars E. Bien trop vis à vis de leur importance historique. Le dernier numéro de TnT en parle encore, du E-75, qu'il prétend être "l'arme ultime", ça donne une idée du niveau de BS. Ils ont même commencé à faire une "encyclopédie" sur les projets Allemands de 1945/46, personnellement j'appelle ça du farming de sujet... J'ai rien contre l'Allemagne, ni contre les fantasmes sur Germany 1946, mais des projets sont bien trop sur-représentés (Tu trouveras masse d'article sur les nouveaux U-boats ultra-moderne, mais rien sur le sujet passionnant des sous-marins de poche ou autre. Même dans leur rôle de "Germany 46", ils sont loin d'être excellent, étant donné tout les hoax qu'ils ont créé. + Je la connais cette page, autant les éditions Caraktère ne sont pas néo-nazies, autant ça reste une bonne idée de montrer les fakes qu'ils ont aidé à créer, ou on même crées eux-mêmes.
  2. LordWakasagihime

    - Un numéro exceptionnel de "Los!"

    Los, et les magazines des éditions Caraktère en général, sont loin d'être d'excellents magazines. Ils ont une bonne "forme", ils sont bien présenté et imagés, mais je trouve le fond bien meilleur dans des magazines moins "industriels" du style GBM ou Navires & Histoire. (Et puis il y a eu des masses d'erreurs dans les magazines Caraktère: Par exemple, TnT a aidé à la création de divers hoax sur les projets Allemands de 45 en affirmant leur existence, alors que c'était des fakes, tels que l'E-90. Et il faut ajouter que ce sont des magazines pour Wehraboo)
  3. LordWakasagihime

    Petites Légendes Oubliées - les Croiseurs Légers du Pacifique

    Sur le Kitakami, ils pouvaient recharger les torpilles ? Si ils avaient des soutes à torpille, il leur restait assez de place pour un moteur et un poste de commandement ? Parce que 40 lance-torpilles, c'est un niveau très élevé en termes d'overkill. (Sinon, y'avait le La Motte Picquet qui était badass aussi. Il a complètement sealclubbé la marine Thailandaise... Avant d'être sealclubbé par l'aviation ricaine, le triste cercle du sealclubb.)
  4. LordWakasagihime

    Battlefiel 1 des navires de guerre enfin jouable ?

    En fait y'avait déjà un fusil d'assaut crée avant 1918 (Pas plus à ma connaissance), mais qui n'a jamais vu le service Le Cei Rigotti, conçu par un capitaine italiens des Bersaglieri, qui tire la classique 6.5x52mm en semi-auto ou à une cadence de 900 coups minute, et disposant d'un chargeur de 20 ou 50 cartouches. L'arme était d'une fiabilité acceptable; Lors des essais, le prototype a eu une "panne" au bout de 300 coups, mais les conditions étaient mauvaises. L'arme à bel et bien été testée par les Italiens, mais également par le Royal Navy, mais pas acceptée, sans doute pour des raisons de complexité. Honnêtement, je ne vois pas ce qu'elle à a faire dans Battlefield, puisqu'elle n'a pas été utilisée durant la WW1, ni même mise en service. Mais bon, on a vu ce qu'ils comptaient faire de l'histoire de la WW1...
  5. LordWakasagihime

    comprendre la défaite de juin 1940

    Les fusil Gras encore existant en 1940 on été, en partie au moins, ré-armés en 8mm Lebel (toujours mieux que rien), et il me semble qu'aucun n'équipait les unité opérationnelle, ni même celles de réserve. Peut-être dans le train ? Sinon, en général, le mythe du soldat français de l'an 40 qui combat avec le Lebel est faux. En réalité, la majorité de l'infanterie de ligne utilisait le fusil Berthier comme arme standard, les plus chanceux ayant le MAS 36. Les Lebel ne servaient plus qu'au tir de précision. Dans les régiments de réserve, il restait une arme de ligne, mais je ne suis même pas sûr qu'il soit majoritaire par rapport au Berthier. Et il ne faut pas sous-estimer le rôle d'une simple mitrailleuse en DCA. Les expériences menée dans un des BCC (me souvient plus lequel, mais c'était soit le 19° avec les chars D2, soit un des trois qui disposaient de D1) montrent que des camionnettes armées d'un simple FM 24/29 (Avec un chargeur de seulement 25 balles !) pouvaient se montrer efficace face à l'ennemi. Une vieille Saint-Etienne, ou encore mieux, une Hotchkiss modèle 1914, pourrait très bien se prêter à ce genre de pratique (Et le fait même très bien: Dans les grands chenaux néerlandais, une poignée de petits navires polyvalents (La série des chasseurs, si vous connaissez), armés d'un vieux 75 mle 1897 et de deux Hotchkiss, ont descendu plusieurs bombardiers Allemands modernes)
  6. L'incapacité à produire de l'artillerie de gros calibre ou anti-char ? Je n'aurais pas du tout mis ça en premier sur la liste des défauts du matériel Italien. Le canon 90/53 (Leur équivalent du FlaK 36) fonctionnait très bien et cassait du char Britannique ou Ricain sans aucun problème. En termes d'Artillerie, Le "Cannone da 149/40 modello 35" et le "Obice da 149/19 modello 37" qui marchaient bien, mais la production fut trop faible pour remplacer tout le stock déjà existant (Notamment les 149mm/35 modèlé 1900, complètement désuets) Le problème de l'Italie est bien plus la production que la conception; Ils avaient du très bon matériel, mais ne pouvaient le produire en nombre suffisant.
  7. L'aviation Italienne n'était pas si mauvaise en terme d'équipement, surtout à partir de 1941, avec les Macchi C.202 et Reggiane Re.2001 à partir de 1943, l'Italie commence à sortir les très bons avions de la "Série 5": Macchi C.205, Reggiane Re.2005 et Fiat G.55. Début 1943 (Alors que les premiers 109G sont déjà sortis), un pilote Allemand déclarera du Fiat qu'il s'agit du "Meilleur Chasseur de l'Axe", et les Allemands feront grand usage des exemplaires capturés en Italie en Septembre 1943, et produits pour le Reich après cette date. En termes de char, c'est vrai, les italiens manquent de blindés modernes (Bien que les M13/40, M14/41 et M15/42 puissent faire le taf contre les Cruisers Britanniques), à l'exception des Semovente, leur équivalent au StuG Allemand, et qui se montrera très efficace, même avec le canon cour 75/18 Encore une fois, à partir de 1943, la tendance s'inverse: Les Italiens commencent à produire le P26/40, équivalent italien d'un Sherman ou T-34 (Jugé par les Allemands comme équivalent au Panzer IV ausf G, avec le canon de 75 long) et SURTOUT, des Semoventes très bien armés: Le 75/34 et l'excellent 105/25. Ces chasseurs de chars sont plus petits, plus bas et plus légers que le StuG III (ce qui est une prouesse, en particulier pour la hauteur), aussi bien (voir mieux) armés, et disposant d'un blindage équivalent à supérieur (75mm frontaux). Encore une fois, l'armistice de Septembre 1943 intervient alors que quelques dizaines seulement sont sortis, mais les Allemands conservent les lignes de production et utilisent ces véhicules dans la péninsule Italienne; Ils réalisent même la production en série d'un véhicule resté prototype en Septembre 1943, le 75/46, qui prends définitivement l'ascendant sur le StuG (Tout les avantages cités plus haut, avec un blindage atteignant les 100mm et 60mm latéraux), mais moins d'une quinzaine seront produits :/ Le commandement Italien était le plus gros des nombreux défauts du Regio Esercito, et c'est véritablement celui-là qui l'enterre. Le problème du matériel est existant, mais vient après.
  8. Complètement vassalisée, ça dépend. Après Septembre 1943, oui, l'Italie (ou plutôt la RSI de Mussolini; Il y a le Royaume d'Italie, soutien des alliés, au sud) est un état fantôche du Reich, à peine meilleure que la Slovaquie ou, après fin 1944, la Hongrie. De 1942 à Septembre 1943, l'Italie commence en effet à se faire "vassaliser" par les Allemands, étant donné qu'elle ne peut plus vraiment s'opposer à leur demandes, mais reste théoriquement libre de ses choix Avant 1942, l'Italie est effectivement indépendante, bien qu'elle subisse des pressions Allemandes Les liens avec le Japon et l'URSS ( qui ne s'arrêtent pas aux croiseurs, ni aux Carcano: La firme italienne OTO a construit, à Livourne, le destroyer Tashkent pour le compte de la Marine Soviétique (Les italiens étaient assez ouverts concernant les ventes de leur technologie navale, cf le Tashkent, mais aussi le fait que la firme Ansaldo ait proposé un dérivé des Littorio pour le projet Sovietsky Soyouz, et que l'Espagne Nationaliste envisageait de construire des dérivés des cuirassés Littorio pour reconstruire sa marine, après la perte des vieux cuirassés de classe España), et Fiat a vendu 82 avions BR.20 au Japon fin 1937), en dehors de l'opération Aquila, étaient généralement un commerce sur lesquels les Allemands n'avaient aucune influence. (Le Tashkent a été réalisé pour les soviétiques entre 1937 et 1939, avant le pacte Germano-Soviétique), c'était de l'exportation d'armement comme n'importe quel puissance en faisait. Sinon, le Ki-100, c'est un Ki-61 rendu plus "Japonais": Remplacement du moteur Allemand DB601 (Ha-40 en désignation japonaise) par un moteur (en étoile au lieu d'en ligne) local, et canons Ho-5 locaux aussi. ----- Sinon, merci pour les retours !
  9. Une dizaine de sous-marins, pour la plupart déjà basés à Bordeaux (Depuis laquelle les italiens utilisaient leurs bâtiments avec un certain succès: l'Enrico Tazzoli coule 18 navires pour 96 000 tonnes de tonnage, le Leonardo da Vinci 17 pour 120 000 tonnes), sont réquisitionnés pour l'opération, et convertis en sous-marins de transport au cours du Printemps. (Les tubes lance-torpilles sont posés, de même que les canons de 100mm, et on aménage tant bien que mal une cale d'environ 160t). Finalement, les sous-marins partent de manière irrégulière de Mars à Juin 1943. les sous-marins italiens se lancent dans ce périlleux périple vers les grenades ASM alliées les territoires japonais. Le trajet est long, et risqué: Quatre sous-marins italiens vont y passer et trois seulement survivront: Le Luigi Torelli, atteint L'Indonésie le 26 août (après s'être ravitaillé en mer auprès d'un U-Boat en expédition touristique) Le Comandante Cappellini atteint l'Indonésie début Août Le Reginaldo Giuliani arrive à Singapour (du premier coup !) le 1er Août. Suite au déchargement de leur précieuse cargaison, les trois sous-marins sont à Singapour quand se déroule la fameuse Crainte Surprenant et Redoutable Armistice Italienne Pour les trois sous-marins italiens, qui sont tranquillement ancrés à Singapour, il n'y a aucune chance de s'échapper, et les Japonais saisissent les navires et font prisonnier les équipages sans coup férir. (Fun fact: le 20 Septembre, à Durdan, en Afrique du Sud, les alliés ont eu la surprise de voir le sous-marin Ammiraglio Cagni se rendre à eux, à plusieurs millier de kilomètres de l'Italie. Le sous-marin était en patrouille solitaire au beau milieu de l'Atlantique Sud quand l'armistice est arrivée) III. Raviolis à la choucroute Les japonais se retrouvent donc avec trois sous-marin sur les bras, qui sont d'un standard différent du sien, et d'équipages anciennement alliés dont la situation est plus que chaotique. Finalement, au bout de quelques jours, la situation se calme: Les Allemands délivrent Mussolini des prisons italiennes avec une opération digne de Mission Impossible, et l'installent à la tête de la RSI fasciste (La République de [edited]... pardon, Salo). Les équipages des trois sous-marins préfèrent, pour leur grande majorité, la rejoindre plutôt que de partir vers les camps de la mort Japonais. Ces derniers livrent ces trois sous-marins... à la Kriegsmarine, qui opère quelques U-boats dans l'océan indien. Après avoir complété les quelques "trous" de l'équipage par des sous-mariniers Allemands (Ne me demandez pas d'où ils sortent, je n'en sais rien. Peut-être que les Allemands arrivent à faire spawner des sous-mariniers quand ils en manquent), les sous-marins sont ré-utilisés,et après avoir embarqué caoutchouc et étain, le Reginaldo Giuliani (renommé avec le charmant nom de U-IT 23) ré-embarque pour Bordeaux en Février 1944, mais est coulé par un sous-marin Britannique dans le détroit de Malacca. 14 membres d'équipage survivent sur 40. L'histoire des Luigi Torelli et Comandante Cappellini est plus trouble. Il semble qu'ils aient tout les deux étés partiellement ré-armés, peut-être avec de l'armement Allemand ou Japonais. On ne sait pas si ils ont étés employés en compagnie des U-Boats servant dans l'Océan Indien, où simplement laissés au port, mais il semble que la deuxième option soit plus plausible: Aucune victoire n'est revendiquée par les U-IT 25 et U-IT 24, nom donnés aux deux compères perdus aux confins de l'Océan Indien. De plus, les deux bâtiments étaient à quai lorsque arriva la fameuse, attendue, crainte et respectée... Capitulation Allemande IV. Et maintenant, le Wasabi Les Japonais, qui commencent, à force, à avoir l'habitude, saisissent encore une fois les sous-marins. Ils proposent à l'équipage de les rejoindre dans la lutte contre les Alliés, et encore une fois, la grande majorité de l'équipage accepte (Faut dire qu'ils n'aimeraient pas être prisonniers de guerre Japonais, ou morts. Ah, j'oubliais, c'est la même chose). Les trous sont encore une fois comblés par des Japonais, et le commandement des navires est assuré par des officiers de l'IJN. Les Japonais n'ont toutefois pas grand-chose à faire de sous-marins à standard différent, et dont l'équipage n'est pas forcément des plus fiables. (D'autant plus que les Américains ont, EUX, fait de véritables destroyers d'escortes, faits pour détruire des sous-marins, et pas des cuirassés). Le Luigi Torelli (renommé I.504) et le Comandante Cappellini (renommé I.503) sont re-basés à Kobe, dont ils ne bougeront, de ce qu'on sait, pas avant la capitulation définitive du Japon. Toutefois, ils ont tout les deux vu un peu d'action: Le 22 Août (Alors que les forces japonaises ne sont plus supposées résister), l'I.503 revendique la destruction d'un bombardier bimoteur Américain, sans doute un B-25. Le 30, le I-504 revendique un avion du même modèle. En plus d'être une performance respectable, avec les mitrailleuses Breda de 13.2mm, l'action du I-504 serait, si la revendication est vérifiée, la dernière destruction d'un appareil (aérien comme naval) ennemi par un bâtiment Japonais, ce qui est tout de même badass. Après le débarquement des forces d'occupation Américaines, fort peu de cas est fait des deux sous-marins multinationaux, qui sont sabordé le 16 Avril 1946, dans le détroit de Kii (Entre Honsu et Shikoku). Malgré cette fin peu glorieuse, Le Luigi Torelli et le Comandante Cappellini restent les seuls navires ayant servi dans l'ensemble des marines majeures de l'Axe (Je ne dirais pas toutes les marines, pour ne pas oublier la Marine Roumaine et la Flotte Fluviale Hongroise), et ils ont, de plus, une carrière opérationnelle bien remplie. (Le Luigi Torelli a coulé 7 navires, pour 43 000 tonnes, et le Comandante Cappellini 5 navires, pour 31 500 tonnes, déjà des performances respectables) Voilà, j'espère que mon plagiat n'aura pas été trop évident, mon humour trop lourd et mon sujet trop chiant, merci de m'avoir lu !
  10. Bon, vu que j'ai vu qu'il y avait déjà des posts historiques très sympas dans la section hors-sujet, et que je suis un plébéien de première classe avec supplément plagiat, je me suis dit que ce pourrait être une bonne idée de copier ce qui a déjà été fait faire les miens, d'autant que j'ai deux trois "anecdotes" sympathiques sur la Guerre Navale Pour cette première fois, on parle de la Regia Marina et des sous-marins en même temps, ce qui fait que je suis tellement éloigné de Warship que ce topic pourrait aussi bien être sur le forum de WoT, mais bref I: Les sous-marins italiens et le transport Quand, en Juin 1940, l'Italie entre dans la guerre, elle aligne une flotte sous-marine qui en ferait presque pâlir Donitz: Plus de 110 unités, ce qui surpasse n'importe quelle flotte dans le monde ! Avec une telle flotte, l'Italie aurait pu, en théorie, faire très mal aux convois britanniques qui ravitaillaient les forces d'Afrique du Nord. Mais en réalité, ce chiffre est à relativiser. En effet, la majorité des navires ne sont que des sous-marins côtiers, seule une trentaine de bâtiments étant de véritables machines océaniques. De plus, bien que très bons pour certains (Classe Marconi (et pas Macaroni)), ils souffrent de défauts de conception: La "tour", plus grande que sur les U-Boats, rends les navires biens moins discrets. Les canons de 100mm ont une puissance respectable (notamment sur la classe Marcello, où deux canons sont montés, une artillerie impressionnante pour un pov' sous-marin), mais l'armement anti-aérien ne vaut pas grand-chose (des mitrailleuses de 13.2 Breda, Hotchkiss française sous licence, qui manquent de puissance face aux canons de 37 des U-Boats. Ainsi, la flotte sous-marine Italienne n'arrive pas à changer le cours de la guerre des convois en Méditerranée (Quand ils ne la changent pas en faveur des alliés: En 1942, le sous-marin Alagi coule le destroyer Antoniotto Usodimar, alors que les italiens manquent d'escorteurs pour leurs convois) En plus à partir de 1942, les italiens subissent des pressions de Rommel & son Afrikakorps, qui manque de choucroute et de bière à cause des convois coulés au large de la Lybie. De plus, ils veulent que le ravitaillement arrive au plus près : Encore plus à la portée des cuirassés, canons et même requins britanniques ! Mais les germains continuent, affirmant que "100t de ravitaillement débarqués près du front correspondent à 1000t à Tripoli ! (Sans doute les scorpions qui boivent la choucroute et mangent la bière sur le chemin) Les italiens, qui ne peuvent risquer leur flotte déjà bien étrillée (une bonne partie des escorteurs de la Regia Marina sont déjà six pieds sous la mer en 1942), décide de transformer des sous-marins océaniques en transports afin d'envoyer le ravitaillement au plus près. (Comme ils sont joueurs, les sous-marins transportent presque 100 tonnes. En carburant, cela suffit à faire voler l'ensemble des avions de la Luftwaffe et le Regia Aeronautica déployés sur place ! Pour deux jours ! It's something !). Pour se faire, les sous-marins sont délestés de tout le poids possible, et notamment de leurs tubes lance-torpilles ainsi que de leurs canons de 100mm. Et c'est ainsi qu'une petite dizaine de sous-marin italiens, désarmés en dehors de quelques mitrailleuses de 13.2, font en permanence le tour entre le sud de l'Italie et l'est de la Lybie. Plusieurs sont perdues en cours de route, et le petit manège s'arrête quand il n'y a plus de Lybie à ravitailler. II. L'opération Aquila Les Allemands, désormais confiants en la capacité de la Regia Marina à transporter des quantités dérisoire de matériel sans moyen de défense solide, décident de mobiliser les sous-marins de leur allié afin de réaliser une opération de la plus haute importance: L'Opération Aquila (Aigle en italien: Les Allemands sont bien sympathiques, ils donnent au sous-marins italiens une opération italienne. Le Matériel est un peu moins italien par contre). Le plan Allemand est d'effectuer un "commerce" de ressources avec le Japon: Du matériel avancés (canons MG 151/20 utilisés sur certaines variantes du chasseur Kawasaki Ki-61 (à l'époque Kawasaki faisait des avions badass, pas des motos et des voitures cubiques), acier usiné, Aluminium) contre des ressources stratégiques (principalement le caoutchouc), en sous-traitance collaboration avec l'Italie. L'Opération prends place depuis Bordeaux, les sous-marins devant se débrouiller pour atteindre l'Indonésie ou Singapour. Une fois là-bas, ils embarqueraient les ressources japonaise et repartiraient pour Bordeaux. Le chemin traverse l'Atlantique du nord au Sud, passe par le cap de Bonne-Espérance puis par l'Océan Indien, zones sous contrôle alié, avec des navires chargés à rabord de matériel et dépourvu de la majeure partie de leur armement défensif. Il n'y a donc que des succès en perspective. (Désolé pour le double post, "Your post is too long" que l'on me dit)
  11. LordWakasagihime

    Voilà les gars de l'autre firme...

    1er historien du forum WT FR? Tu as déjà entendu parler D'Umbriellan/Waroch/Caudron/Currus_Loricatus ? Forcément, quand on suit la voie les écrits de ses senpais aînés, quand on cherche profondément sur le Web & qu'on achète les bons livres et magazines (GBM <3), on commence à connaître deux trois trucs, mais je doute que je sois au niveau d'un seul des senpais forumeurs-historiens cités plus haut (JVC ça compte pas, y'a qu'Artyom et ses sekrit Dokuments) Sinon, bien que je ne connaisse pas grand-chose de Japonais, j'ai bien compris que vous étiez "différents" en voyant le nom de la flotte Je verrais quand je pourrais venir (Mais pas avant quinze jours de toute façon, je suis en vacances dans un trou paumé; je télécharge la dernière mise à jour à 25 ko/s et je plante quand j'essayes de mettre des "vrais" smileys :v) Last -> Mais elle est très bien la Regia Marina d'abord ;-; et dans les années 30, il y avait même un rapport 'méricain qui affirmait que la flotte Française surpassait la flotte japonaise (Ils se trompaient de manière "relativement" importante :v) Sinon, j'ai vu qu'il y avait des papers, mais ça reste à un niveau plus limité que WoT où il n'y a presque que ça :v (Sans compter les chars de service sujets à des inepties sans nom: ARL 44 à tourelle de FCM F1, sérieusement ?) Sinon, je doute que j'atteigne jamais le Tiers 10 t'façon, je joue relativement peu. De ce que j'ai entendu, certains destroyers style Minekaze sont très plaisants, je jouerais surtout ceux-là.
  12. LordWakasagihime

    Nouveaux navires : français et allemand !

    Je viendrais peut-être un jour, quand j'aurais le temps ^^ (Et je ne suis pas grand fan des grosses boites de conserves, sauf quand elles vont vite; La plupart du temps, je trouve le gameplay des DD beaucoup plus intéressant ) C'est sûr que la Regia Aeronautica représentait une menace plus important que la Luftwaffe, mais cette dernière avait tout de même renforcé les italiens, notamment pour le Siège de Malte. J'ignore s'ils avaient des Dorniers ou Ju 88 sur place, mais même, rien qu'un pauvre Stuka peut infliger de gros dommages à un navire
  13. LordWakasagihime

    Nouveaux navires : français et allemand !

    La légende indique clairement le Dunkerque & La date correspond bel et bien au voyage de Mers-El-Kébir à Toulon, donc ça me semble probable qu'il s'agisse bel et bien du Dunkerque. De plus, peindre des bandes d'identification afin de ne pas se faire attaquer les les Allemands et les Italiens (qui maîtrisaient assez bien le bombardement naval) en traversant la Méditerranée me semble logique. De plus, il me semble que le Strasbourg n'a pas fait partie de l'escorte du Dunkerque, qui n'avait que deux contre-torpilleurs et deux torpilleurs (avec, toutefois, une importe couverture aérienne), donc si la photo date bien du 20 Février, il n'y a pas de doute sur la navire qui y est montré. (UI Astro, c'est moi)
  14. LordWakasagihime

    Voilà les gars de l'autre firme...

    Plop, Bonjour/Bonsoir/Bonne Nuit Petite présentation de ma personne, joueur irrégulier de WOWS depuis quelques temos déjà. J'ai commencé dans le domaine des MMO historiques avec un jeu que vous devinerez sans doute, venant d'une autre firme slave (Et auquel je joue toujours, malgré qu'il ne fasse que sombrer depuis quelques MAJ). (J'ai d'ailleurs pu y rencontrer pas mal de personnalités fort sympathiques, dont un certain Astrolabe22 qui se reconnaîtra sans doute). J'ai essayé WoT, mais je n'y ai jamais accroché (en partie à cause du nombre purement exorbitant de paper placés là où un char réel aurait pû se trouver). Toutefois, la décadence de "cet autre jeu" m'a poussé à essayé WOWS (notamment car j'aime bien la Guerre Navale -Je viens de Cherbourg-, et en particulier les marines italiennes, françaises et soviétiques (Oui, soviétiques, bien que leur marine de surface était ridiculement petite, ils avaient des concept intéressants, notamment les "Destroyers Leaders")). Je n'ai jamais joué avec une forte intensité (étant donné que je dépense pas mal de mon temps libre pour un projet d'arbre français dans "cet autre jeu") ey jusqu'ici, WOWS ne m'a pas déçu, étant accessible, jouable & fun. Pour l'instant, j'ai "grindé" jusqu'au Wyoming et Clemson d'un côté, Kawashi et Wakatake de l'autre, mais je compte me focaliser sur les destroyers japonais, car il n'y a rien de plus plaisant que de torpiller sans même être détecté. Une fois la Marine Française introduite en jeu, je la jouerais sans doute (Juste pour les Dunkerque et Richelieu, qu'il y a t-il de mieux qu'une tourelle quadruple ?), de même que la Regia Marina quand (voir si, malheureusement) Wargaming leur donnera un arbre technologique Je doute que je participes jamais au forum de manière régulière, mais il se peut que je fasse des "apparitions" de temps à autres, dans les discussions historiques ou liées à la Marine Nationale/Regia Marina. Sur ce, See you on the forum ou en jeu pour les sealclubbers
  15. LordWakasagihime

    Nouveaux navires : français et allemand !

    J'ai une preuve photographique que le Dunkerque a bel et bien navigué avec les bandes d'identification sur la Seconde Tourelle. Prise par un Junkers 88 Allemand le 20 Février 1942, alors que le Dunkerque se dirige (aussi discrètement que possible) vers Toulon pour commencer les réparations sérieuse après Mers-El-Kébir. En toute logique, je suppose qu'elles ont été peintes juste avant le transfert, qui débute le 19 février et se termine le 20 à 23:00h (Fort heureusement pour la Dunkerque, sans qu'aucun navire hostile ne soit rencontré: Le navire n'avait pas de réserve d'obus de 330mm, des télépointeurs manquent ou ne sont pas opérationnels, seules deux chaudières fonctionnent, la DCA manque conduite de tir...) Je ne peux pas scanner l'image (en vacances) mais pour ce que ça intéresse, vous pouvez voir l'image dans le hors-série n°27 de "Navires et Histoire", page 100, il est impossible de manquer l'image. Concernant le Dunkerque: Bien content de le voir en jeu (même si la véritable hype est sur la branche indirectement promise: Lyon et Richelieu <3)
×